» Lima Sierra Delta » #48

Bulletin périodique de propagande cosmique à parution aléatoire, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux. Vous lisez le quarante-huitième numéro de Lima Sierra Delta.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     » Lundi 28 novembre 2005.

Sortie officielle de “Mékong” dans les supermarchés de France et de Navarre. Reçu de Californie, “Tap Chi Tho” n°29, une revue poétique vietnamienne dont le site est www.tapchitho.org. Elle contient de la page 175 à la page 180, une présentation de LSD, “Mékong” et des traductions par le camarade Do Khiêm de “Bop De La Dernière Chance”, “La Nuit Sera Blanche”, “Le Grand Voyage”, “Macadam Cow-Boy Au Soleil De Minuit” et même d’un texte de chanson inédit. La France étant 300% indochinoise le long de l’avenue d’Ivry dans le XIII, les sympathisants vietnamisants convergeront sans hésitation à la hauteur du 93 ou du 44 et pousseront les portes des librairies Khai Tri ou Nam A (Sud Asie) pour se procurer l’ouvrage en question.

     » Mercredi 1er décembre 2005.

Lu dans Le Monde, un article de Stéphane Davet sur les NB. Dis-donc Stéphane, t’as la mémoire qui flanche? Tu cites les groupes issus de cette altermouvance, mais tu ne dis rien sur ceux qui l’ont précédé et qui ont été parmi les premiers à investir les frigos du Quai De La Gare et y répéter. As-tu déjà oublié la compilation éponyme enregistrée en 83 par Patrick Woindrich dans son studio WWW ? Y ont participé : Arabian Night (ex-Propsack), Bam Balam, Les Goulues, Oberkampf, LSD, Ausweis, Nuit Blanche, Novochrist, Strahler, Cinéma, Private Life, Nanar Des Savannes … T’aurais pu aussi mentionner Nicolas Sirkis et les Tolbiac’s Toads, autrement dit tous les résidents de l’époque au lieu de les occulter.

     » Samedi 3 décembre 2005.

22h passé. Quai Dion Bouton. Le premier arrivé dans le hall de Direct-Huit à Puteaux, est un célèbre journaliste de Rock & Folk, le seul à porter une veste kaki quelle que soit la saison. Peu de temps après déboulent Patrick et Christian Eudeline. Les deux très charmantes présentatrices de l’émission étaient bien décidées à nous faire parler du punk. Quelle bonne idée et cela pendant une heure … Les téléphages chanceux ont pu enregistrer le clip “Esprit Du Delta” en loucedé.

     » Jeudi 8 décembre 2005.

Croisé chez un disquaire toulonnais exilé à Jussieu, le rédacteur en chef de World qui nous remet un exemplaire de son magazine dans lequel le camarade Patches Kawmoora a fait un article chronologique sur les aventures asiatiques anciennes et très récentes de LSD.

     » Dimanche 1 janvier 2006.

Minuit passé. Avenue du Général Leclerc. Dans l'ex-imprimerie de M. Illitch. Nouvel an chez une demoiselle russophile. Le fantôme de Vladimir a dû bon gré mal gré se farcir les oreilles de quelques minutes de "Princesses De La Rue".

     » Mercredi 3 Janvier 2006.

1h du matin. Avenue du Général Mangin. LSD à France Inter. Rikko est venu en scooter et celui qui écrit ses lignes, est arrivé en RER avec son casque à la main. Détail important : l'émission "Sous Les Etoiles", auparavant se nommait "Les Souris Dansent". Solidarité interceltique oblige, Serge Le Vaillant a eu la bonne idée d'inviter les muridés que vous connaissez. Les morceaux qu'il a choisi de diffuser sont "Voyous", "Blues du Mékong", "Neuf Dragons" et "Miss Galaxy". Avoir l'opportunité de dire à l'antenne pendant soixante minutes toutes nos balivernes et private-jokes, c'est carrément excellent, un luxe qu'on apprécie forcément. Prévoir courant mars, un retour à la Maison De La Radio, LSD devrait y jouer trois morceaux en direct.

>     » Jeudi 12 janvier 2006.

Sortie du 791 ème numéro de France News Digest, un gratuit nippon à destination de la diaspora japonaise à Paris et sur l’ Hexagone. A la page 13, tout en kana et en kanji, une chronique sur le cddvd “Mékong” de LSD et l’annonce du concert à Glazart le 25 janvier. Un grand arigato à Miss “Roppongi” Pyramides.

     » Vendredi 13 janvier 2006.

Reçu le quarante-cinq tours de Saint-Georges B. produit par UVPR. Ce duo sait fort bien mixer sa passion pour le folk sétois, le théâtre des Deux Baudets et “Weekend Sauvage” de LSD. Lu le message de Miss Yog « tidak clandestine » sur le livre d’or de www.la-souris-deglinguee.com. Vivement un rapport sur le rôle positif de la colonisation indonésienne en territoire hexagonal. Donc selamat tingal di perancis à Miss Yog et toutes ses cousines, selamat tahun baru à la fraktion Lodève-Nusantara.

     » Samedi 14 janvier 2006.

Sortie du Rock & Folk de février dans les librairies au delà du périphérique. La chronique de “Mékong” émane d’un camarade scribe privilégié et méritant : respectueux des traditions locales, il n’a pas refusé de manger des insectes à l’hôtel Angkor Victoria de Siem Reap.

     » Lundi 16 janvier 2006.

Reçu un scan d’une chronique de “Mékong” dans Strada, rédigé par Christophe J. ex-XIXe et actuellement zéro-six. Il est fort probable que LSD aille faire un détour radiophonique début mars dans une accueillante station de ce département méridional.

     » Jeudi 19 janvier 2006.

Étrange coïncidence, juste avant le procès des HLM de Paris, entendu sur les ondes de Oui FM, une ritournelle ayant un refrain qui envisage l’emprisonnement du Président corrèzien. Qui est l’auteur-interprète ? Le juge Halphen ? Non, c’est le camarade Didier.

Tous les médias avertis à l’avance par une équipe promo diablement efficace, se sont relayés pour informer le public que cette chanson chiracarcérale serait refusée de partout mais que la radio précitée la diffuserait et qu’elle serait télécharcheable sur le site approprié, en précisant bien que sa sortie officielle aurait lieu dans deux mois. Marketing tubard, quand tu nous tiens …

Le principal intéressé de déclarer dans le Monde du 14 janvier « Je voulais juste voir jusqu'où peut aller la liberté d'expression ». Camarade Didier, tu sais bien que ce fameux droit imprescriptible, tu l’as et on l’a tous mais pour être en rotation sur la plupart des radios et télés pas publiques et commerciales, c’est pas une question de paroles ou de musique, il faut juste s’astreindre à payer des espaces publicitaires …

Alors même s’il n’a pas « le portefeuille de… », redis-le à Marc T., ton patron de label pour qu’il fasse le nécessaire ou alors effraie-le en lui annonçant que ton futur album “Rock'n'roll part 9” c’est une référence directe à “Rock’n’Roll part I & II” de Gary Glitter, lequel vient d’être écroué à Saigon par l’homologue vietnamien du juge Burgaud En attendant on remet ta “Petite Amie” du Burger King sur la platine. Salutations lysergiques au Dracubopper, à Alain et à Ben.

Profitons de l’occasion pour « juste voir jusqu’où peut aller la liberté d’expression » et nous adresser à Dom Kiris pour qu’il demande au big boss Michael Gentil l’autorisation de diffuser “Nous Sommes Tous Des Charles Manson” de LSD sur Oui FM.

     » Mercredi 25 janvier 2005.

Avenue de la Villette. Une ancienne gare routière transformée en salle de concert. Un anniversaire, celui des 25 ans de New Rose/Last Call, le label légendaire de Patrick Mathé qui avait accueilli LSD en 81 pour leur premier trente-trois tours et a récidivé en 2005 pour “ Mékong”.

Un concert de LSD avec les Bostoniens de Willy Alexander et son Boom Boom Band quant à Hop La de Montpellier, ils étaient semble-t-il restés à Londres.

La bonne surprise fut de voir que la patronne des lieux et distribueuse de boules kiess, c’est Miss Marino, l’ex-manageuse de Corazon Rebelde, l’occasion de reparler de la bande à Catcho & Luis et des connections de la fin du siècle dernier jamais démenties entre Bonsergent et Sébasto. On a retrouvé fidèle au poste derrière la console, Khmer Jim le camarade ingéson qu’on avait perdu de vue depuis le 21 juin à Siem Reap. Comme convenu, descendu de plus loin que le Val d’Oise, Sylvain “Rat Mort” pile au rendez-vous et pressé de contribuer au jeu de la guerre des lumières et même chargé de se transformer plus tard dans la nuit en taxi-driver au bénéfice d’un membre du Canal Historique qui n’avait plus tellement le sens de l’orientation. Philippe DVSniper et son équipe de vidéo-surveillance étaient venus avec trois caméras de quoi numériser quelques scènes mémorables.

Lulu Miss Indonésie après un transit par Lodève a dû trouver le public parisien et péri-urbain bien agité par rapport à celui de Saint-Jean de Véda et Angkor Victoria. Le correspondant francilien de Rock & Folk ayant également fait le déplacement, pour l’occasion s’est transformé en trépied pour tenir le mike de Muzo. Pas mal de Pierre dans la salle dont un Thaïlandais de Denfert (excellent cuisinier), un Gaulois de souche prêt à " collaborer avec la France Indochinoise " et plein d’autres encore qui sauront se reconnaître. Il y avait même un ex-gérant de sex-shop pigallien mais qui cette fois-ci n’avait pas de pétition à faire signer pour que sa femme rentre à la maison. Quant à JF Plastic Gun, il ne la portait pas sur lui.

Jouer ainsi pour la première fois en public “Nous sommes Tous des Jacques Mesrine” était loin d’être déplaisant. Miss Compassion présente dans l’assistance va sûrement trouver à redire, car LSD n’a toujours pas inclus “Demoiselles De Vientiane” à son répertoire. Après le couvre-feu sonore, la “Villa d’Or” s’est imposée pour certaines personnes sur scène et dans la salle.
Love & Peace.

WL2W Syndicate