» Lima Sierra Delta » #44 édition provisoire du 30/01/04 9:07:56 am

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     » 24-06-03.

  » 20-07-03.

   » ??-09-03.

   » 22-09-03.

   » 27-09-03.

   » ??-??-03.

Reçu de David, la démo de Suburbans. Ambiance "punk & disorderly" garantie. Deux chansons au dessus des 7 autres : "Passeport pour l'enfer" et "Dernier Voyage".

   »17-10-03.

Ben "Shambala" de Montreuil après la transmission matinale du Dalai-Lama à Bercy, n'a dit que du bien du concert "Tibet Libre" du 14 octobre avec Gogol et Nina Hagen au Cabaret Sauvage. Les questions qui peuvent-être posées à ce sujet : où sont passées ce soir-là les autres "têtes d'affiche" initialement programmées sur la scène du Zénith ? Elles z'avaient pas envie de jouer seulement devant moins de 500 personnes et sous une toile de tente ? Certaines vedettes hexagonales de la chanson voire de la raquette seraient-elles plus intéressées que compassionnées ?

     » 17-11-03.

Reçu de Flavien via Spirou "En attendant l'apocalypse", le nouveau cd de Paris-Violence. Des tempi à vive allure et des guitares métallurgiques, un débit "voïcal" bien sûr mais des textes de plus en plus XIXème. Morceaux choisis : "Mornes horizons" et "Confessions d'un opiumane".

     » 21-11-03.

Retour au studio Garage. A la console et devant l'écran, Arto ex-Catch22, toujours Marousse (et qui joue aussi depuis peu avec Chio Manuel) contrôle le son. En cabine, Cambouis applique les gimmicks mis au point lors de son stage acapulcain. Rikko à la basse n'a jamais fait autant de notes. Les guitares témoins de TL faisant l'unanimité, elles deviennent rapidement définitives. Muzo s'est retrouvé à jongler au sax dans des tonalités inhabituelles. La partie la plus difficile : chanter une chanson taïwanaise (célèbre dans toute la Chine) pendant que le reste du groupe joue un classique de LSD. Une fois mis en boîte vers 6 du mat', la chanson mystérieuse est partie à Pékin par la voie électronique.

     » 27-11-03.

Reçu "Carton Rouge", le nouveau cd des WK. Difficile d'être insensible au troisième track, "Les Kids de l'Estrangin".

     » 29-11-03.

Rendez-vous avait été donné aux partisanes et partisans de Francie occidentale ce samedi soir là à Vitry-le-François.

Donné par un jeune Strasbourgeois qui voulait des nouvelle de Luk Haas, "Trash T.V.", un cd démo quatre titres de Skwattack. Le chant rappelle celui de Bernie de Nanterre mais c'est loin d'être un défaut, Marco de Wunderbach en son temps avait déjà eu droit à ce genre de comparaison. Le premier morceau "Sens Des Réalités" évoque partiellement les accords de "I'm An Upstart", le second "Trash T.V." possède un mot nouveau, "merdiatique" tout à fait approprié au sujet traité, quant au troisième qui contient la rengaine "On est fiers d'être des mercernaires au service d'un état comme des fonctionnaires", c'est une bonne trouvaille et on la doit aux motivés d'Illkirch-Graff, dont le morceau sonne comme une sorte de "Peggy Sue" énergétique.

Offert également, un fanzine, "Lucha Y Fiesta" n° 48, sous-titré "le retour de la saucisse et du marteau !". Lu à la page à la page 7 : " Contre le génocide des Tibétains, évidemment ! Aider à l'émergence d'une théocratie, attention...". Une précision qui s'impose: le bouddhisme (tibétain) est une religion athéiste... alors il va falloir trouver un autre terme. En attendant, ce qui va bientôt émerger à Lhasa, c'est une... gare de chemin de fer avec plus de Mac do comme à Pékin.

Discussion après le concert avec des membres de Monster Klub qui ont enregistré leur disque chez le célèbre météoroloque anglo-maltais.

Pour ce qui est du concert, signalons qu'il a été rendu possible par le maître des lieux, Robi le Hongrois qui a eu la bonne idée de fuir son pays en 82 et d'inviter LSD à l'Orange Bleue en 2003. Il y a pas mal de témoins (de Lille, de Strasbourg, de banlieue parisienne et de Lyon) qui pourront dire que ce soir là, LSD a rejoué "Jaurès" absent jusqu'à présent du répertoire depuis au moins deux décennies.

     » ??-12-2003.

Reçu "Chef d'oeuvre", la dernière compilation de Métal U. Vu une première fois sur la scène du Gibus en '77 et une deuxième fois à l'Olympia en '78. Ce soir-là, Eric Débris fit très fort, son pogo à l'encontre de sa boîte à rythmes fut tel qu'elle fut hors-service dès le second et par conséquent dernier morceau. Sans cet incident de parcours, le "futurama" du "punk club" hexagonal aurait eu une toute autre allure, Clode Panik ne serait peut-être pas en 79, devenu vendeur de chaussures de luxe, rue Saint-Denis, WunderMarco n'aurait pas pu chanter en 81, "Paris n'est pas Londres, le Gibus pas le Vortex, Métal U pas les Pistols, on joue tout à faire semblant", et les Warum Joe puis les BN n'auraient pas eu de modèles pour exister.

A ceux qui n'ont jamais écouté, on recommande le 3ème couplet de "Panik", apprécié sans nul doute par tous les locataires de l'Elysée depuis 27 ans. A ceux qui connaissent trop, on leur conseille "Rock And Roll" chanté par Mélodie. Entre temps, de Richard-Lenoir à Beaumarchais, on a souvent croisé Hermann alors quand on l'entend sur ce cd hoqueter "Train Kept A Rolling", on n'est guère étonné qu'il ait eu à l'époque, l'idée de reprendre Johnny Burnette à la manière d'Alan Vega. Alors, normal si aujourd'hui, H. Schwarz n'écoute plus que du blues.

     » 20-12-2003.

Reçu "Aujourd'hui comme hier", compilation diffusée par Pavemusik de Metz. C'est l'occasion d'écouter tout en même temps des reprises de LSD, Camera Silens, Reich Orgasm, Wunderbach, No Class et de pleins de groupuscules français du siècle dernier.

Il va falloir que les lecteurs de Lima Sierra Delta cassent leur tirelire car les J'aurais Voulu d'Ingersheim sont plus que convaincants quand ils jouent "Haine Haine Haine" et les Bad Riot rêmois le sont autant quand ils interprètent "Aujourd'hui Dans La Rue".

Reçu également, "Inside" de Monster Klub. Une déclinaison sparnacienne du genre musical redéfini par Paul Fenech : du rockabilly psychotique. Rien de nouveau sous le "Midnight Sun" mais bon, c'est comme ça depuis Brian Holden et on ne s'en plaint pas. Au fait, Paskal, as-tu depuis écouté les productions de Ron Weiser ?

     » 22-12-2003.

Retour en studio, cette fois-ci chez Spirou pour retoucher le morceau mystérieux enregistré au Garage, 1 mois auparavant. Après quelques greffes vocales et guitaristiques, un cd de cette chanson a aussitôt été envoyé en express à un relais lysergiste du district de Haidian au nord de la "Capitale du Nord".

     » 28-12-2003.

Dans l'avion en partance pour Pékin qui décolle de Roissy, il y a la bande des quatre de LSD plus deux camarades video et photosnipers. Le méchant rhume qui sévit en Chine depuis l'année dernière, a dissadué les Stones d'y venir jouer mais pas "Fengkuang Zhi Shu", (traduction désormais officielle de "La Souris Déglinguée" en chinois).

     » 29-12-2003.

Après une dizaine d'heures aéroportage d'Ouest en Est, LSD retrouve le camarade écrivain Xu Xing dans la zone de transit de l'aéroport de l'ancienne "Paix du Nord" et repart avec lui, cette fois, direction plein sud.

Canton ou plus exactement Guangzhou, capitale de la province de Guandong. A peine arrivés, LSD et ses acolytes sont emmenés sur les lieux du concert qui va se dérouler au Tianhe tiyuchang, c'est à dire au "stade du Fleuve Céleste" soit l'équivalent du stade de France ou de celui de Wembley... Sur les deux côtés de la scène, deux écrans géants pour la retransmission vidéo et derrière... Le World trade center local qui défie le ciel et qui à cette occasion va devenir une immense rampe d'éclairages. L'ambiance est très décontractée. Echange de salutations.

Ce festival international est organisée par CCTV, la chaine de télévision étatique qui diffuse sur toute la Chine et aussi à l'Etranger. Après la première répétition, dîner au sommet de l'Ocean Hotel où réside aussi LSD, Xu Xing nous présente alors la camarade Jing d.a. à la Zhonguo Zhongyang Dianshitai et sa copine Nancy qui vont nous entraîner dans la "rue de la Paix" locale mais qui hormis le nom n'a pas grand chose à voir avec celle qu'on a à Paris. Certes la rue est résidentielle mais c'est surtout un lotissement de boîtes de nuit telles que la China Box et une "zone de combat" pour les "princesses" de là-bas.

     » 30-12-2003.

Une journée au stade. Acrobates, danseurs, danseuses, pratiquants de wushu, musiciens, musiciennes, chanteurs et chanteuses de Chine, de France ou d'Afrique du Sud occupent successivement la scène à la demande de Luo Wei, concepteur du festival. A la nuit tombante, c'est la répétition générale devant au moins trois mille personnes : rien que des cadres du Parti communiste chinois, des officiers de Police, de la Sécurité Publique, de l'Armée populaire de libération et des membres de la haute administration provinciale.

Pendant ce temps, LSD joue une nouvelle version d'"International Raya Fan-Club" qui incluse deux couplets d'une célèbre chanson... taïwanaise ! Ca change des répétitions à huit-clos à Luna Rossa. Coup de fil de Shanghai, Frank ex-banlieusard de Sarcelles nous fait savoir qu'il prend l'avion pour voir LSD qu'il n'a pas vu depuis La Cigale ou La Boule Noire.

     » 31-12-2003.

Tôt le matin, le service d'ordre a investi le Tianhe stadium et commence à se mettre en place. Moment d'hésitation. Un coup de fil donné de Pékin. Le big boss de CCTV suggère qui a visionné la répétition propose à LSD de jouer maintenant "Brigitte Bardot Cambodgienne". Bonne idée de dernière minute mais le problème est disons... textuel. Les "années 70" ne sont pas si loin que ça. Finalement, c'est retour à la première selection, soit International Raya Fan-Club qui devient en mandarin, "Guoji Gemi Julebu". Frank arrivé en avance et qui s'est installé backstage, n'en croit pas ses yeux, il y a pas moins de quarante-mille personnes dans les gradins. Comme dira plus tard le présentateur bilingue de CCTV, "ce n'est qu'un concert provincial !". Dans les loges, Les jeunes disciples de Shaolin apprennent à Muzo, le maniement de l'épée. Une bonne manière de se détendre avant de monter sur scène.

Ca y est, c'est l'heure. Une scène immense avec LSD au milieu, Rikko, imperturbable, porte les couleurs d'une boutique londoniste du quinzième, TL, de manière inhabituelle, porte celles de... la Bretagne, Cambouis, toujours vigilant, armé de ses baguettes, a mis en guise de talisman, le krama khmer autour de son cou et Muzo est décidé à toucher le ciel avec son sax. Les minutes qui vont suivre semblent durer une éternité. "Ngo hai pinto ?", soit "Où suis je ?" semble être ce soir la seule question approriée que puisse poser un muridé eurasien à une foule du Guangdong en surnombre. Muzo (reregardez la cassette de l'émission) ne sait plus sur quel pied danser.

International Raya Fan Club, c'est ce qu'un milliard de Célestes vont voir et entendre en boucle pendant 4 jours en ouvrant leur poste de télévision. Pendant ce temps à Paris, dans les salles de rédaction parisiennes, on continue à dire qu'il n'y a pas d'"actualité" concernant LSD, c'est ce que nous rapporte le camarade journaliste infiltré dans un magazine historique pourtant pas inamical.

     » 01-01-2004.

La nouvelle année est arrivée, tous les participants au festival sont remontés sur scène pour l'ovation finale et les salutations de circonstance. A côté de ça en France, les "Victoires de leur musique", ça ressemble à une kermesse de quartier. Pas le temps de dormir après une telle performance. Discuter avec trois chanteuses tibétaines de Lhasa et de l'Amdo est un rare privilège. Finir la nuit blanche dans un night-club en face de l'hotel diffusant de l'anti-rock and roll n'est pas inconcevable en de telles circonstances. L'impression d'être dans le 13, à l'Asiafolies pour de vrai, ce n'est pas désagréable.

L'avion qui nous ramène à Pékin, est plein à craquer comme tous les avions en Chine. Déjeuner à huis-clos dans une gargotte de Qianmen, le canard est laqué et les propos tenus par les vétérans rongeurs et les camarades présents sont très moqueurs et surréalistes. La France deviendra-t-elle finalement une province chinoise ? Se rappeler le refrain de "Seul Sur La Muraille" qui date de 1988, eh bien, il est plus que jamais d'actualité.

     » 0?-01-2004.

La Tour du Tambour : le camarade batteur semble avoir apprécié le toponyme.

Tian'anmen. La Cité Interdite : paradoxalement, il reste possible de faire un playback lysergique juste devant sans rencontrer trop de problèmes.

Sanlitun : propositions vénales du style "you-want-take-Chinese girl ?".

Guangming qiao : Le régime communiste new look a relégué ses icônes et sa propagande d'autrefois au marché aux puces, il n'y a plus que les touristes étrangers qui achètent les vieux badges de la révocul et les petits livres rouges de MZD.

Badaling : Bu dao Changcheng fei hao han dit le proverbe, il fallait donc pour certains y aller et d'autres y retourner.

The Loft : les Chinois ont des pistes de danse qui dansent à leur place.

Bananas : Comparativement, les boîtes parisiennes branchées, c'est le bal des pompiers, le quatorze juillet.

The World Of Suzy Wong : Un repère de demoiselles ouighoures charmantes prêtes pour l'immigration.

Houhai fait un peu penser au Hô Tây de Hanoi, pas eu le temps d'aller saluer Dou Wei. Revu Cui Jian et Eddy dans un club de Jazz, appris un peu d'argot pékinois avec Li Xiaotong. "Les rues de Pékin ne sont plus les mêmes" ?, Très certainement, du coup, Paris ressemble à une ville médiévale et ne pourra jamais à cause de cela, devenir une ville olympique, les couloirs à vélocipèdes, ce n'est pas suffisant. Il paraît que le ministre de l'Intérieur de la mairie de Neuilly est arrivé à Pékin pour parler immigration chinoise avec Hu Jintao qui lui aurait proposé de lui prêter des policiers chinois pour aider la police française dans son travail...

     » 08-01-2004.

Détour à Shanghai pour un sixième de la Triade - détour sur Kunming et le Yunnan, la frontière sino-lao-birmane pour un autre sixième de la Triade.

     » 21-01-2004.

Retour à Pékin. Bonne année du singe à toutes les générations partisanes de LSD, anciennes et nouvelles, hexagonales et internationales.