» Lima Sierra Delta » #39, édition remaniée le 27/03 de l'année du Serpent De Fer

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     »

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.

EDITION SPECIALE POST BATACLAN

Samedi 10 mars 2001. Les Porte-Mentaux, LSD et Oberkampf étaient en concert au Bataclan. Le dernier gig des deux premiers à la même affiche eut lieu à la Maison du Peuple de Clermont-Ferrand en …1988, la prestation scénique la plus récente des deux derniers ensemble se déroula à Faverges en …1982 ! L'idée de cette fête tricéphale à la charnière de l'ancien et du nouveau millénaire revient à B.B. le chanteur des P.M. qui a réussi en septembre 2000, à convaincre Joël de reformer Oberkampf pour l'occasion. Réaction guère surprenante de la part de deux sexpistolâtres.

On a dit beaucoup de mal des P.M. à la fin des années 80 parce qu'ils avaient Elsa Fraülein, une chanson qui passait à la radio, le soutien du ministère de la culture et l'appui d'un puissant label de distribution. Il y a treize ans, la tournée Rock En France organisée par SPS a rapproché les P.M. et LSD au-delà des a priori de rigueur en ces temps-là. Quelques moments mémorables : Si jouer La Varsovienne n'a posé aucun problème à LSD sur la scène du Bikini toulousain, interpréter Le Chant Des Partisans n'a pas été de tout repos pour B.B. des P.M. au même endroit avec le même public. Cette épopée sonique des PM "à l'époque", dit la pub, "où le punk rocker était sauvage et mal élevé", ressort aujourd'hui en cd sur Dialektik Records.

Les P.M. sont montés à 19h 15 sur les planches du Bataclan, B.B., seul rescapé de la bande du Parking 2000, est accompagné par un trio mené par Florent ex-guitariste des Matadors et de Cold Sweat. Les nouveaux P.M. existent seulement depuis… fin février et B.B. ne sait toujours pas que Johnny Thunders n'est pas le compositeur de Pipeline ! Au final, les raisons de détester les P.M. ne sont plus d'actualité.

 

LSD a commencé son set vers 20h30. Désolé pour ceux qui étaient encore coincés à l'entrée, voire même refoulés, mais l'Organisation n'avait pas prévu le surnombre. Manu Castillo ex-guitariste de Wunderbach a été invité à jouer sur quatre morceaux : Une Cause À Rallier, Beaucoup De Libertés, Hong Kong et Princesses De La Rue, il a du coup donné à ce titre une coloration inattendue, nettement Basement Five. Jean-Pierre invité du Canal Historique a retrouvé sa place sur les trois derniers morceaux : Week-End Sauvage, Tendance Négative et Saint-Sauveur. L'esprit de Pat Souris Krew flottait au-dessus du Bataclan, Freddie, sa fille, était physiquement par contre bien présente. Dans la salle, toutes générations confondues : Kim ex-Witches' Valley, Alain Tribal Zone, Les Terribles/Teckels, Olivier ex-Frelons, Gogol sans La Horde, Eric Débris ex-Métal Urbain, Cécilia (seule ou avec Ses Ennuis ?), Gérald Rock A l'Usine, Jimmy le Métis, Fabian, Yoyo (représentant GVI), Mickey Arsenic Dunois, Manu de Villa Médicis, André Attila, Marco et Kiki ex-Wunderbach, Bad Lieutnants… et tant d'autres. Merci aux admiratrices et supporters provinciaux de Lyon, de Bretagne, de l'Est et d'ailleurs, d'avoir fait le déplacement au détriment des obligations électorales du lendemain. Leur fidélité est touchante.

 

On a dit beaucoup de bien d'Oberkampf pour les avoir vus et entendus à leurs débuts in vivo. C'était sur la scène du Gibus en 78, le chanteur ganté s'appelait Jérôme, Pat Kébra le guitariste aux cheveux savonnés, portait une tunique de hussard comme Prince, Dominique le batteur était un des quatre punks noirs de toute la banlieue parisienne, le bassiste allait jouer six mois plus tard dans Récupération quant à Joël, il faisait encore partie des spectateurs. Souvenir du concert d'O. au Golf-Drouot circa 80 avec lui en nouveau chanteur maltraitant les mécaniques de la basse de son accompagnateur, lequel ira rejoindre peu après …Von Cochran/Warum Joe ! Ces derniers disaient alors que LSD était un "groupe de boogie", Pat Kébra de déclarer à Sartrouville dans les loges que LSD était un" groupe de folk", TL de répondre en 82 à un journaliste télé qu'Oberkampf était un " groupe punk" et Pat Kébra de s'insurger contre cette opinion. De toute cette préhistoire, il ne reste pas grand chose et pas grand monde. Patrick Lévi dit Charcutier, dernier bassiste avant le split d'O. au milieu des années 80, est aujourd'hui producteur de …house et de techno !


C'est avec lui que Joël, les cheveux teints en vert, est remonté sur la scène du Bataclan, flanqué d'un nouveau guitariste et de l'ex-batteur des Bandits. Rikko, accoudé au bar, de fredonner Couleurs Sur Paris, la version française de London's Burning.

Post-scriptum de cette soirée inhabituelle : Géant Vert ex-Karbala 413 est toujours fâché de ne pas avoir fait la première partie de LSD au Bataclan en …1989 ! Pour se venger de cette négligence interpersonnelle, il menace d'inviter… Pat Kébra sur le prochain disque de Parabellum !
Joy représentant de l'All Burma Students' Democratic Front, exilé en France depuis dix ans et Farid G. d'Info-Birmanie ( info-birmanie@globenet.org ), ont profité du concert pour faire de la politique, c'est parfois nécessaire et puis Tambour et Soleil de Kawthoolei n'est pas seulement une chanson de LSD. Joy, c'est le camarade birman qui a chanté une strophe de Moment Of Truth (Ayechipi) sur Bus Numéro Quarante-Sept en 1995 et il a aussi été l'organisateur de la soirée Mystère Birman en avril de l'année suivante à l'Arapaho.

Samedi 24 mars 2001. LSD a joué à l'espace Julien de Marseille. Un public loyal, présent depuis le passage de LSD à l'Arsenal des Galères en 1987, certains d'entre eux selon leur propre aveu, à l'époque n'avaient même pas …14 ans ! LSD n'a jamais joué très souvent au cœur de la cité phocéenne mais ce n'est pas à cause de la paella au salpêtre (private joke ! ) néanmoins il suffit de se reporter aux dédicaces du premier album datant de 1981 pour rappeler qu'un an plus tôt, il y avait déjà un axe allant de la fontaine des Innocents à la place de l'Estranger (orthographe et connaissance du toponyme approximative), Tintin et Dauphin de monter à Lutèce et Couscous Fureur De Vivre (r.i.p.) de descendre à Massilia. Vu de Paris, le pays de Wild Child au début des années 90 nous a donné l'impression de basculer simultanément dans le gaudinisme et le hip-hop à croire que tout le monde désormais dansait le mia puis on nous a appris l'existence de P38 qui semble avoir repris le flambeau des Warrior Kids. On a eu l'occasion de rencontrer après le concert, Véro, ex-contrebassiste des Crabs lyonnais, un tant soit peu reconvertie dans le webcity-journalisme et toujours à la recherche de musiciens locaux, histoire de sortir du musicalement correct imposé par la tendance actuelle. Le réceptionniste de l'hôtel New Select, très sûr de lui, s'adressant aux femmes de ménage a dit que LSD, ça signifiait "La Souris qui Danse", même s'il n'a pas raison, il n'a pas entièrement tort. Bientôt, train à grande vitesse aidant , Paris sera à trois heures de Marseille, il faut donc prévoir, suite à une proposition très récente, un retour rapide de LSD dans la région PACA sans avoir à attendre une décennie. Revu aussi avant et après le concert : Fifi de Montpellier et sa teenageuse de fille, Jessica portant un tee-shirt LSD circa 87. Message à Spirou des Naufragés (lui transmettre si nécessaire) : il est temps de reformer OTH rien pour que l'adolescente déjà nommée puisse vous entendre pour de vrai. Un concert LSD/OTH sous le soleil du midi ne ferait de mal à personne, à bon entendeur, salut. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le déroulement du concert (24/03/2001) de LSD à Marseille, qu'ils se reportent à la rubrique infos/chronique en ligne de Dom sur le site la-souris-deglinguee.com. Félicitations à la demoiselle de Java tatouée d'un dragon de Viêt-Kiêu.

Lettre de TL & LSD à Nicolas Ungemuth, journaliste à Rock&Folk : À l'attention de Nicolas U. Salut. J'ai lu ton article sur le retour de Jo Hell et la réédition d'Oberkampf dans le Rock & Folk daté du mois d'avril 2001. Du coup, j'ai repensé au début du printemps 1979, Jo Hell et moi-même, nous avions alors, les cheveux encore plus longs que Philippe Manœuvre ! Constat : on ne naît pas avec la tignasse verte fluo ou avec une coupe de légionnaire ! La génération de 81 dont tu fais l'évocation n'est donc pas plus spontanée que les précédentes ou les suivantes. Je me souviens de l'époque où le groupe au nom bavarois massacrait Around And Around tandis que LSD esquintait Folsom Prison Blues ! Tout cela était et reste encore très révélateur. Difficile de couper le cordon avec le rock and roll préexistant. Autre démonstration : Janis Joplin a énormément inspiré le London's Burning de Joe Strummer, lequel a généré le Couleurs Sur Paris de Pat Kébra. Quand Jo Hell déclare qu'il écoutait déjà beaucoup de musique jamaïcaine, on le croit sur parole, mais il n'était pas le seul au même endroit, 18 rue du Faubourg du Temple, c'était le cas de… Toute la clientèle du Gibus Club Paris, keupon ou pas ! Victimes de la mode, nous l'étions assurément : Marley ultra célèbre, citait les Jam et les Clash dans une de ses chansons unificatrices ! Jo Hell dit aujourd'hui ne pas avoir hier accroché au hardcore et à la oï, c'est vrai tout ça ? Le refrain et les chœurs des trois versions de Couleurs, c'est quoi alors ? En ce qui concerne les anciens "skins parisiens" auxquels Jo Hell fait allusion sans "la moindre ambiguïté" , il donne l'impression d'en être ni très solidaire ni trop reconnaissant pourtant ils ont à leur manière, aussi participé à la naissance médiatique d'Oberkampf. L'un d'entre eux, a même largement contribué à l'organisation du concert de sa reformation au Bataclan, vingt ans après ! L'autre qui a toujours pensé "Je Fais C'Que J'Veux" est devenu le numéro un du… Reggae français ! Nous vivons tous dans un monde d'interdépendance*. Cordialement. TL & LSD.
(*) Message au camarade Patrick Lévi, bassiste de l'Oberkampf nouveau et patron de Sigle qui exposait au Midem : au cas où tu ne serais pas uniquement intéressé par la techno et la house, je te présenterai un jeune bad boy laotien qui fait du rap et qui cherche une prod.

Nouvelles en vrac :
o Reçu des Troubadours Du Chaos, le quarante-cinq tours des Teckels. Une bonne surprise : le titre We're Gonna Have A Real Good Time Together composé par Lou Reed et le Velvet Underground, celui a longtemps été au répertoire de …LSD avant 79 ! Réécouter à cette occasion White Light White Heat et Waiting For The Man interprété par Slaughter And The Dogs et la version espagnole de Vicious enregistré par Decibelios. Ne jamais oublier que John Cale, violoniste et bassiste du "Souterrain de velours" a produit les premières versions de I Don't Wanna, Red London et Ulster Boy de …Sham 69.
o Reçu également le cd démo de Lutèce Borgia, une chanson intitulée Dans La Boue évoque le concert interdit de LSD à l'Usine de Montreuil en 1986.
o Reçu de Flav, le cd de Paris-Violence qui s'appelle Mourir En Novembre, certains titres de cet album tels que Grandeur Et Décadence ou Tolbiac ne manquent pas d'intérêt pour les résidents du cinq et du un-trois ainsi que pour tous ceux qui sont devenus parisiens bon gré mal gré.
o La s.a.r.l. qui portait le nom d'une célèbre chanson de Charlie Harper et des U.K. Subs, n'existe plus.
o Vu en concert au Divan du Monde, Cui Jian. On a connu ce dernier d'origine coréenne, à Pékin en 1988. Bien qu'inspiré par Police (!), Cui Jian est l'auteur de morceaux accrocheurs tels que Yiwu Suoyou ou encore Bu Shi Wo Bu Mingbai aujourd'hui sur les lèvres de millions de Chinois (c'est ça être underground en Chine). Son acolyte de toujours, Eddy, un guitariste malgache qui n'a pas dû rentrer à Tananarive depuis des lustres, ressemble de plus en plus à un Pékinois et de moins en moins à un Nusantarien. L'exotisme pour un Céleste étant de venir en Occident, le bruit court selon lequel Cui Jian va enregistrer son prochain disque dans un studio de la porte de Bagnolet, ce qui est évidemment très différent de Tian An Men !

o [-mario-], 0174036822402315, ajness, annou, Anti-McDo, BENJUNET, benvoyons, camouotte, Cauet01, cazal69xxxxxx, cem@r-, commando_berurier, dad4m32, dejavoodoo24, Djbob92, drougi, dsl, fffvol, gougoun, Gring_go, hotmail100, hxcarsouille, jben7, jes_111, kanasta7, KOMEN_OI, korbaxx, krawett, krqnf, lelulusulpot, lezobytarace, maggiesmog, Marmotte, michtrouillette, mickaelriff, nannou, NaTION-14, newaudiopr, Nscrovax, oojoojo, p301273, patdenhiere, pegounou, percevalx, perlaluna973, punk(-o-), rejsyl, renonath, ricoswave2, rushtonsky, RUSHTONSKY, S, schnl, secundumquid, serpentair, sglenmor, sh077771, simonbeneteau, Ska_Punk_Rulz, syrilmateo, tometome, tototeb, tripotemoi, vladoun, washkhan, xoffe, yohe1, zecrab, zzzFelipezz, salutations aux multiples pourvoyeurs de LSD en fichiers MP3 sur Napster.

o Quant à Marion V.S., sache qu'avec le tatouage tibétain qui est le tien, tu es sur la guest-list de LSD pour l'éternité, repose en paix et que tous les dieux te protègent.

Selamat. A bientôt. LSD FRAKTION.

NB : photos des PORTE-MENTAUX et LSD copyright DE-VISU ; celles d'OBERKAMPF copyright NUZIK.COM.
Plus de souvenirs sur leurs sites respectifs, liens ci-dessus.