» Lima Sierra Delta » #37

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     »

Décembre 1999. Avant les fêtes de la nativité, retrouvailles circonstancielles dans le XIII avec Monna T., camarade kampuchéenne des Halles exilée à Las Végas et Sabrine sa complice khmérophile, celles-ci passent à l'attaque. Echange de coups de téléphone et de télécopies avec la nomenklatura du Centre Culturel Français de Phnom Penh au Cambodge. LSD, le 24 juin 2000 à Phnom Penh ? Au pays des Brigitte B. cambodgiennes ?

Janvier 2000. Vu plusieurs samedis soirs de suite lors des concerts organisés par Sébastien Rocket XV, dans le sous-sol enfumé du café Montmartre de la rue de Steinkerque, un paquet de groupes. Au dessus du lot : en première position, Les Terribles emmenés par leur très ronniebirdoïde chanteuse sur le point d'accoucher, en seconde position Garage Deluxe (?), trio instrumental avec l'ex-batteur des Vilains et un guitariste, frère de Laurent Deadfuckcommando, en troisième position, toujours très sexy, Cécilia et ses Ennuis. L'impression générale d'avoir été téléporté en 1966 et que l'avenir c'est le passé. Pareil en lisant le dernier numéro de Boss, le fanzine d'Alex, m(odr)ocker franco-chinois à la parka inusable. Son fétichisme du style et sa mélomanie de la rareté à la charnière des sixties et des seventies en fait un cas unique. A part son exposé confus sur le contexte politico-musical au Cambodge précédant l'arrivée des Khmers Rouges en 75, "circledance music" n'ayant en fait rien à voir avec le cycledelic ou psychedelic rock, puisqu'il s'agit seulement d'un pattern rythmique et chorégraphique (en cambodgien "roam vong") typique de la région, eh bien, dans la forme comme dans le fond, tout est plus que lisible, disons même bien peigné comme la tête de Brian Jones avant qu'il ne tombe dans la piscine.

Février 2000. Reçu le #4 hors-série punk-rock de Rock Sound, magazine arverne déporté à Paris. Frank Fejnik qui a su chroniquer à sa juste valeur l'album de LSD Lyon 84 et celui de LSD Remix 2536, dans le numéro de novembre 99, récidive en publiant l'interview de TL réalisé début décembre, au fond d'un rade de quartier entre Ménilmontant et Couronnes. Message au rédac'chef stéphanois déjà cité : keep up the good work. Que le groupe de presse Freeway auquel appartient Rock Sound, ait décidé de consacrer régulièrement 100 pages au punk-rock hexagonal et international, est une initiative impressionnante. En une fois, c'est plus que tout ce qui a été publié sur le sujet en deux décennies par l'ensemble de l'establishment des journaux musicologiques en France ! Rock Sound de devenir une équivalence francophone de Maximum Rock'n'Roll, pourquoi pas ? Encarté gratuitement dans ce n° hors-série de Rocksound déjà cité, un cd compilatoire de 22 morceaux dont un de LSD : Parti De La Jeunesse.

Mercredi 15 mars 2000. LSD jouait dans le cadre du festival Chorus des Hauts-de-Seine à la salle des fêtes de Colombes. Tout a déjà été dit sur la jeunesse colombienne dans les dédicaces du premier album de LSD en 1981. Revu dans son fief : F., spirituellement inchangé et tout requinqué depuis que Brada Peter a fait main basse sur toutes les chasses gardées du reggae hexagonal. Ce concert a été aussi l'occasion pour de nombreux aficionados issus de générations postérieures de sortir de leurs trous et commencer un sauvage weekend en milieu de semaine. Une admiratrice et un supporter tous deux infiltrés dans l'Education nationale, ont dû même oublier d'aller manifester contre Allègre le lendemain matin. Il y a trois ans, certains écoliers du primaire de banlieue sud ont appris Tambour Et Soleil de Kawthoolei, il parait que cette fois-ci, ils répètent Si J'avais Une Machine pour la fête de fin d'année. Avant le concert, Benjamin de Sèvres nous a refilé le dernier numéro de son classieux fanzine bilingue, Une Vie Pour Rien, contenant un spécial LSD : le fond et la forme sont au rendez-vous. Détail qui compte : le rédacteur de l'article est un jeune homme né en 79 ! Cette fois-ci, il était difficile de ne pas jouer Saint-Sauveur surtout quand dans la salle, il y avait Bruno, même frontalement détatoué. Le concert a été annoncé sous forme de jingle toute la semaine qui précède sur Oui FM. Surprenant dans la mesure où Michael Gentil, son directeur de programmation a interdit LSD d'antenne depuis fin 97, aurait-il été interdit à son tour ?

Paulo sur sa dernière carte postale, émettait le souhait non pas de lire après coup, les chroniques des concerts de LSD mais celui d'être averti à l'avance pour y assister. Réponse : Difficile de se refaire en matière de stratégie et puis LIMA SIERRA DELTA depuis 86 n'est pas un bulletin de promotion publicitaire mais un bulletin de propagande culturelle !

Guénolé A. de La Madeleine, dans son courrier du 14 mars, nous annonce la naissance d'Alice, nouvelle recrue qui vient rejoindre son petit frère Lucien dans l'amicale "LSD-Culottes-Courtes". Félicitations. Il nous demande également s'il existe pour LSD, une référence Web. Pas de site officiel pour l'instant. Avis aux amateurs de téléchargement : qu'ils se rabattent en attendant sur les légions de sites thématiques et de pages personelles proposant toutes sortes de données concernant LSD et sa périphérie. Le site dont l'adresse est http://droogies.com/ donne une idée de l'ampleur de la nouvelle technologie de l'information. Pour ce qui est de l'histoire de LSD rédigée par droogies.com, tout est okay à par le fait que Jean-Pierre Triquet (Rest in peace depuis 87) n'a pas quitté LSD pour les Civils de Vincent Ferniot mais a rejoint Civils-Radio d'Orléans qui sortira un album en 84 produit par William Thoury, ex-manager & parolier de Bijou.

Décidémént rien n'échappe à Cob d'Heyrieux qui a reconnu sur France-Culture une voix familière s'exprimer incognito à la convention du disque de Champerret.

Tombé également en de bonnes mains le même jour, le 45 tours de Toltshock gracieusement offert par son producteur, Laurent le disquaire itinérant des Troubadours Du Chaos (toltshock@free.fr).

B. Stéphane de Limoges nous a envoyé une sélection iconographique d'une partie de la jeunesse locale : LSG. Bien reçu.

Mouton et Patrice M. avec un certain nombre d'associations locales se proposent d'organiser un concert de LSD à Lyon à partir de septembre. Affaire à suivre.

Un vendeur de Cash Converters de la Roquette a eu la bonne idée de nous refiler une vidéo de Seul Sur La Muraille datant de 1989.

Arrivé à bon port, l'extended-player intitulé Une Vie Pour Rien Or A Way Of Life, compilation vinylique de quatre titres, quatre groupes, un français, un tchèque et deux italiens. Il s'agit en fait du complément audio au fanzine déjà cité plus haut (pour plus de renseignements, contacter upvr@wanadoo.fr ou Une Vie Pour Rien ? b.p. 11, 92312 Sèvres Cedex).

Bien lu le passage concernant LSD dans le Dictionnaire Du Rock publié chez Robert Laffont, dirigé par Michka Assayas et rédigé par C.E. Pas mal ! Une seule erreur d'appréciation. En 1984, Ce n'est pas LSD qui a été influencé par Marc Lavoine et Taxi Girl mais ce sont ces derniers qui ont beaucoup écouté l'album La Cité Des Anges. Message à Mirwais, ex-Taxi Girl : Maintenant que tu bosses pour Madonna, fais lui écouter ton morceau préféré de LSD.

Salutations multiples à : B. Guillaume de Deuil-La-Barre, D. Nicolas de Paris, M. Annick & Yann de La Réunion, P. Sylvain de Decazeville, Pouille de Châteaubriant, S. Marie de Lille, V. Vincent de Beauvais,

21 mars 2000. Nguyen Chi Minh alias Christian a quitté le Monde visible en ce jour du printemps. C'est lui qu'on aperçoit au comptoir du Macao dans le clip Vénales Fiançailles. C'est lui qu'on entend dans la réplique vietnamophone de Viêt-Kiêu. Depuis qu'il est parti sans dire adieu, le XIII a l'air tout vide. Rest in peace, jeune homme de l'Essonne.