» Lima Sierra Delta » #27

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     »

12-10-94. TL est interviewé dans les studios de la section vietnamienne de RFI par Khuong qui a dû néanmoins suspendre momentanément sa participation personnelle au mouvement de grêve générale pour poser plein de questions anthropologiques et culturelles à TL sur LSD, la France et l'Asie (Japon, Chine et Viêt-Nam).

15-10-94.
LSD était de retour, dans les faubourgs de Saint-Germain en Laye depuis bien longtemps. Pêle-Mêle : souvenir d'hôpital après un accident de voiture mémorable avec JP en driver psychovitaminé et puis pas très loin, du lieu de carcrash, le local de répétition d'Hervé Chamborédon qui accueillait également le combo keupon Gare Du Stade ( futur et défunt Ici Paris). Au même endroit fin 79, fut enregistré sur un magnétophone de fortune, la chanson "Beaucoup De Libertés" qui fin 81 va figurer telle quelle sur le premier album de LSD. L'après-midi a mal commencé, beaucoup de circulation et Héloose, l'attachée de presse de La Clef/l'Eclipse qui doit emmener les mandatés pour l'interview-dédicace à la FNAC Parly II, visiblement connait très mal sa géographie francilienne, mais la peur d'être punie par les musiciens les plus malfamés de tout l'Hexagone lui fait rapidement retrouver le sens de l'orientation, finalement, arrivé à destination, tout s'arrange dans la bonne humeur et le champ' offert par Melle N. B. fait son effet. A cette occasion, rencontre entre autres, avec un supporter venu d'Orléans et un couple eurasiatique dont la petite fille s'appelle Thanh Thao. L'intervieweur n'est autre que le boss de la Clef/l'Eclipse : Vincent. Ce jeune homme nous a avoué avoir été présent au concert de Poissy en 83 qui se déroula, il est vrai de manière tumultueuse. Voilà comment nous apprécions les professionnels du spectacle : à leur l'expérience de la musique vivante et réelle ! Il y'a quelques mois TL avait vu Dc Lux délégué par son fanzine local l'Estival en prévision de la performance scènique à Saint-Germain en Laye, l'article paru au sujet de LSD est fort convenable. Mr Pascal, le jumeau de Dc Lux a semble-t-il fait un bon travail aux éclairages, dommage que ce soir LSD soit venu sans son commando de bétacam snipers car le pont de singes métallique au dessus du public aurait permis de faire du videoshooting et du footage sympathique. Partie remise. Le concert vu de la scène a été surprenant grâce à :
1) la présence de - Saïd et ses Harkis cow-boys qui sont montés de Roibon ! (autrement dit de l'autre bout de la France). - Thierry Maximum Swing B. de Bruxelles. - ce cousin anonyme arborant sur son magnifique tee-shirt, les couleurs de Saigon.
2) l'enthousiasme physique, mental et sonore de toutes les admiratrices et tous les supporters de LSD. Désolé pour Dame Zinzin, LSD n'a pas joué PARTI DE LA JEUNESSE ce soir-là, donc ton ami Sieur Nounou a gagné son pari.

20.10.94. Rennes. Le dernier concert de LSD à la salle de la cité. C'était en 87. Régine+ (rest in peace) qui venait juste de sortir de l'hôtel des gros verrous pas très loin, avait bien apprécié le concert. En 94, Sylvie elle aussi dans la même situation sept ans plus tard a beaucoup apprécié le retour scènique de LSD coincidant avec disons, sa deuxième libération. Pour ce concert, Manu Sewing Medicis du trinôme technique de LSD, est monté en grade en devenant commandant des forces d'échantillonnage. Patrick Tétess, en tant que big boss de ce festival Rock Fort En Boîte, tu t'es montré très efficace et débordant d'énergie dans cette entreprise. Bonne continuation.
Reçu le cd des Gens D'Ici "Sacré Lascar" référencé Bleach Records 014. Le chanteur n'est autre que Michel de l'association Au Fonds Des Rues basée à Caen. Michel s'est fait connaître en montant un concert de LSD/UK Subs/ Nutty Boys à Coutances en 92. Il est l'auteur d'un album réussi, intitulé "Rock à Caen" conçu comme une chronique photographique d'une partie de la jeunesse normande sous-titrée par des paroles de chansons de LSD. Michel aujourd'hui, se jette dans la musique. Genre musical : principalement franco-keupon d'inspiration britannique circa 80 avec dérivation jamaocaine (écouter - "Sacré Lascar Dub"). Meilleurs titres : 4- "Sans Haine, Sans Violence Et Sans Arme" (morceau à la gloire d'Albert Spaggiari) et 5-Placard. Disponible à Bleach Records BP 6151 14065 Caen Cedex.

25.10.94.
Courrier de G. Anthony de Cholet. Merci pour ton compte-rendu de 5 mois au sein de la 1ème compagnie du 6ème RPIMA à Kompong Trach, Cambodge. Désolé pour les tee-shirt Banzai mais il n'y en a plus... Nous préparons un nouveau modèle logotypique pour répondre à la demande.

18.11.94.
Lettre de Philippe Cob D. d'Heyrieux, grand dénicheur d'infos concernant LSD, mentionne le Juke Boxe Magazine n°87 dans lequel sont transcrits les propos d'Henri Leproux, patron du Golf-Drouot, lequel s'exprime ainsi : "Asphalt Jungle... on a retrouvé Patrick Eudeline, mon journaliste préféré dans ce groupe très punk, il portait des épingles à nourrice, etc... quel personnage ! Oh la la la. Dans un genre voisin, il y avait La Souris Déglinguée. Qu'est-ce qu'ils ont pu m'embèter ! Complétement dingues. Je préférais Oberkampf...". Quelques éclaircissements sur de l'Histoire ancienne : Henri Leproux, parrain protecteur de Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et autres twisters du début des années 60 a continué son chemin de patron de boîte de nuit jusqu'en 81, date de la fermeture de son établissement situé au-dessus du café d'Angleterre aujourd'hui transformé en Mac Do imbectable. Les futurs musicos de LSD comme beaucoup de leurs contemporains à la fin des années 70 ont tous fréquenté ce lieu incontournable à l'angle du boulevard des Italiens et de la rue Drouot. Déjà fin 77, TL était très mal vu par Henri Leproux qui le confondait à tort avec un dealer de drogue dure disons ethniquement apparenté et également client. Ce qui valut à TL d'être plusieurs vendredis et samedis soirs de suite tricard dès l'entrée avec Leproux lui disant "va vendre ta came ailleurs !". Comique. Tout début 79, LSD sort de son trou suburbain et réussit néanmoins à se produire une paire de fois hors-tremplin sur la scène du Golf-Drouot. En 80, LSD réussira sans trop de mal à négocier deux concerts importants au même endroit, vu que la clientèle du Golf-Drouot était devenu alors en majorité celle de la Fontaine des Innocents. Le disc-jockey n'avait plus d'autre choix à cette époque que de balancer "Hurry Up Harry" et "Hersham Boys" de Sham 69 sur la platine. Il est évident que LSD n'avait pas les qualités requises pour être parrainé côté business par Henri Leproux. Tout se complique après l'incident du 7.1.81 lors du concert de LSD à l'Opéra Night, établissement voisin sur la rue Gramont. Rikko et TL furent définitivement interdits de séjour au Golf-Drouot, difficile d'oublier Henri Leproux vociférer du haut de son escalier "sales casseurs ! foutez moi le camp d'ici". C'est à cause de cette exclusion que LSD et ses contemporains ont du migrer, grand bien leur a fait, rue Caumartin courant 81 au Rose-Bonbon , car son tôlier Paul Flandrak avait des goûts de programmation nettement plus modernistes que ceux d'Henri Leproux. C'est néanmoins sans la moindre rancune que LSD répondra officiellement à Henri Leproux dans le prochain numéro de Juke-Boxe Magazine.

19.11.94.
T.g.v. matinal. LSD descend sur Pau. Le comité d'accueil de l'Oreille Cassée attend LSD à la sortie de la gare. C'est Ma(rie)-Lau(re) sensei de judo dans le civil qui nous sert d'escorte et nous conduit à bord de sa voiture très sixties jusqu'à Monein. Première partie efficace : Les Timides. Saldana de Bagnères. Revu à cette occasion, Tiber de Toulouse.
De retour à Paris, Nous avons reçu le n°3 du fanzine "The Firm" édité par un jeune homme du terroir, Jean-Marc de Billère. Complétement orienté sur la culture des tribunes, celui-ci donne la parole périodiquement aux amateurs de footballistique les plus antagonistes et les plus virulents. Les pages 6-11 reprennent une analyse socio-historique de la question déjà lu quelquepart mais non sans intérêt . The Firm, contact : Lalanne J.M., résidence Sassandre, rue Ronsard, 64140 Billere.

26.11.94.
Sin le Noble. C'est dans un gymnase de la banlieue de Douai que s'est déroulé le festival intitulé Saint-Rock Et Ses Disciples. A l'affiche (mal orthographiée) C.O.P., W.A.Q., Dickheads, Marcel Et Sa Fanfare, Docteur Destroy et La Sourie Déglinguée (sic!). A part cet incident grammatical, il est difficile de ne pas mentionner la débauche de moyens technologiques mis à disposition : spot-lights pilotés par... ordinateur et sono... massive ! Avant le concert, TL a été interviewé par Crystelle, demoiselle indigène salamandre de la très voisine cité des Epis-et ce soir là représentante du fanzine Décharge Rock And Roll. Ce fut l'occasion de faire pour son fanzine l'apologie de Caméra Silens, Reich Orgasm, Komintern Sect, No Class et tous ces groupes franco-keupons méritants apparus sur les disques du label orléanais Chaos Productions au début de années 80, mais qui ont dû céder leur afghanistan hexagonal aux divisions moralistes, et expansionnistes de l'empire alterno-soviétisé (les temps changent, celui-ci à son tour a finalement éclaté il y a quelques années sous les coups du peura).
W.A.Q , nouveau groupe chtimi-keupon se distingue aujourd'hui en faisant des reprises de Reich Orgasm, voilà une initiative de reproduction culturelle à encourager. Sa chanteuse (grande admiratrice de Mademoiselle Kiki Wunderbach) est répétons-le très sympathique.
Marcel Et Son Orchestre, dont certains des musiciens faisaient partie aussi de l'équipe de sonorisation, se sont montrés très percutants et trés costumés.
Quant à Docteur Destroy, c'est le groupe d'un jeune homme rasé et moustachu nommé Sapu. Celui-ci, ex-lyonnais, supporter attitré de LSD au sein de la bande West-Side de Mouton & Marmotte dès 84, est monté à la capitale en 1986 avide d'aventures lutétiennes entre le Cithéa, le Berry et la Porte de Bagnolet. Après quelques années de s.t.o. microphonique dans le goulag des G. B., le voilà rendu à la liberté du côté de Draguignan. Une bonne chose pour ce luron jovial de la génération destruction fraction rhodanienne qui ce soir a interprété un morceau où il était aussi question d'Indochine et de légionnaires. Dans la salle, Denis Lonsdale consul du Viet-Nam pour la région Nord-Pas de Calais était évidemment présent.
Bonne nouvelle pour les teen-agers qui recherchent les vinyls introuvables de Wunderbach : Manu Castillo (ex-Wunderbach, ex-Outsiders) et Fred S.O. (ex-Pick It Up, ex- Original Gangsters) viennent de rééditer en tirage limité un CD compilant tous les titres du premier, du second album ainsi que des inédits (dont le très rare Huguette) de Wunderbach durant leur période existentielle 82-84. Toute l'aventure musicale du combo historique de Nanterre : fondé en 1981 par Marco, membre de la Chorale des Poumons d'Acier sur les premiers disques de LSD et même... chanteur intérimaire de LSD à Pontoise en 82, lors de l'absence de TL pour cause de service national !

27.11.94.
Grande descente de LSD de l'Artois jusqu'aux Vosges, destination Val d'Ajol qui jusqu'à présent était pour le dangereux groupe terroriste précité, une terra incognita. Mais l'ancienne salle de cinéma du bar Chez Narcisse encaissée au fond de cette vallée perdue valait le coup du détour. Dans le passé, il y avait bien eu certains concerts mémorables dans la région comme ceux de Montbéliard (83) et de Belfort (89), le premier mis en place par les enfants de la Peuge' et le second organisé par les frères Deschamps d'...Ange ! Il était donc temps pour LSD de frapper à nouveau dans cette partie oubliée de la France profonde. Chose faite ce jour-là, en présence de Thomas & Cathy (déjà-là en 93 à Bratislava, Slovaquie) de leurs camarades belfortins et de leurs contemporains régionaux. Dommage pour Céline G. et tous ceux dans la salle qui ont cherché vainement le stand des tee-shirts Banzai mais il y a pour l'instant rupture de stock. Après le concert, on a pu voir Thierry Pellator danser un rock and roll acrobatique avec la chanteuse du groupe de première partie, Charlotte Aux Fraises de Mulhouse. Bravo à Stéphanie l'excellente organisatrice ajolaise pour son sens de la convivialité et félicitations au journaliste indigène initialisé R.C. qui a donné dans son article, par son style, une présentation de LSD convenable à 90%.
Quelques extraits : "Depuis leur débuts dans la marge du punk-rock français jusqu'à leur disque-phare "Banzaï" en passant par les étapes d'une légitimité établie du côté des Halles de Paris ou dans les concerts décisifs, plutôt que dans les Top 50 téléguidés... La Souris va déglinguer demain Chez Narcisse au Val-d'Ajol...oo...rongeur déjanté...Le club des 5 de LSD...conserve intact son appêtit vengeur...genre musical convulsif...a su composer avec des racines multiples".
Les Vosgiens qui ont lu la coupure de presse en question, n'ont cependant pas eu droit à la légende pour la photographie choisie. De gauche à droite, veuillez donc trouver : Muzo, Jeune Maun, TL, Cambouis, Rikko, Thierry dans une rue à tramway de Iasi, Roumanie en juin 94.

29.11.94.
Lettre volumineuse de Ng. Anne-Marie de Villetaneuse. Merci pour la photocopie de l'article sur LSD dans le fanzine Tapé Dans Le Mille. Précision pour les paroles de Saint-Sauveur, les derniers vers du premier couplet "masculin" sont : pas plus con pas meilleur, rien qu'un Français parmi tant d'autres. L'avant dernier vers du deuxième couplet "féminin" c'est : pas plus conne pas meilleure, rien qu'une Française parmi tant d'autres.

7.12.94.
Courrier de Thierry désormais Le Flamand, celui qui a l'eu l'idée irréversible de se tatouer MAXIMUM SWING. Merci pour tes photos du concert de Saint-Germain en Laye le 15.10.94. Elles sont la preuve que l'ambiance était disons...tropicale et que la climatisation était enrayée ce soir là ! Gelukigge neuw jaar ! Bien sûr mais sous-titré différemment pour les souhaits de nouvel an à autrui, ça donne xin nian hao, gongxi facai !

13.12.94.
Concert de LSD à Ris Orangis. A l'occasion des dix ans du Plan, Didier Veillot, maître des lieux nous avait convier à la fête, occasion pour LSD d'exorciser l'endroit de son précédent passage, deux ans plus tôt, où le son avait très diabolique selon les plaignants. Cette fois-ci pas d'orage juste une frappe chirurgicale sonique bien dirigé par Boris Seznec à la console et secondé en retour par Manu Cantada, supplétif au tatouage sonique.

19.12.94.
Courrier d'un fidèle correspondant de LIMA SIERRA DELTA : Hervé Goubin, celui-ci se lance dans la production de disques noires. Le nom du label anti-compact : Barket's Records, B.P. 6031, 35060 Rennes cedex 3, France. Tél: 99 31 18 03. Sa première référence de catalogue, BRK/RD OO1. 1994 est un quarante-cinq tours extended-player des Vibrators titré Retro-Active comprenant Drive (90), Still Not Over You (78), Pushing Too Hard (78) et Splitting Up (78). Son prix: 35 francs (frais de port compris). Connus pour avoir accompagné Chris Spedding en 77. Sûrement parcequ'ils étaient bons instrumentistes et avaient un certain sens de la composition musicale, Les Vibrators jusqu'en 79 figurérent toujours en bonne place sur la play-list keupon de Jiri, le dee-jay d'une certaine discothèque de la rue du Faubourg du Temple. Cette initiative discographique, artisanale et celtique est fortement à encourager dans la mesure où elle rend médiatiquement justice à un combo rosbif plutôt sympathique comparé à tous les monstres d' outre-atlantique conceptuellement punk que les multinationales anglo-saxonnes arrivent à refourguer aux ados aux jeans trouées. Signalons également qu'à proximité de la capitale de ce pays de Celtes, le dimanche 29 janvier 95, se déroulera la deuxième Foire aux Disques à La Gacilly, pour tout renseignement complémentaire s'adresser au Comité des Fêtes de La Gacilly, B.P. 55, 56200 La Gacilly, tél: 99 08 21 75.

9.12.94.
Finalisation du montage vidéographique de PARTI DE LA JEUNESSE.
HISTORIQUE :
1982. Martin Jézéquiel, grand supporter de LSD et Wunderbach, débauche l'équipe de tournage des productions cinématographiques Roger Leenhardt pour filmer en 16mm, le concert de LSD à Faverges, en Savoie.
1983. De retour de Chine Populaire, TL enregistre avec LSD, PARTI DE LA JEUNESSE au studio Garage pour le label Celluloid dans le cadre de l'album AUJOURD'HUI ET DEMAIN.
1984. Jacques Martin (!) invite LSD à jouer PARTI DE LA JEUNESSE pour son émission dominicale !
1989. Le 23 mai, LSD enregistre un live et fête simultanément sa décennie dans une grande salle parisienne, à cette occasion, la parole est donnée à Pat Souris Krew pour le discours d'ouverture. Le tout est filmé par le vidéocommando franco-chinois de LSD.
1992 : Juin. Rencontre avec Philippe M., cadreur de l'agence japonaise White Box, à l'occasion d'un reportage sur LSD pour l'émission Beatsaurus sur Télé Osaka. RV Philippe & TL et Gilbert Castro signent un protocole d'accord pour le remix du troisième album de LSD : AUJOURD'HUI ET DEMAIN.
1993 : Retour au studio Garage pour la restructuration sonique de l'album précité. Juin. Rencontre dans une fête tibétaine, de Didier Bivel, réalisateur freelance. Octobre. Oki Ayumi, demoiselle nipponne traduit en kana et kanji les paroles de PARTI DE LA JEUNESSE. Novembre. Sortie de LSD REMIX 2536 selon le calendrier du Coeur De Bouddha indochinois.
1994. Mars. Rencontre avec Eric Deroo, journaliste de terrain en Asie du Sud-Est et auteur d'un reportage sur la guerilla karen. Recontact avec Martin Jézéquiel. Juin. Ecriture du storyboard. Tournage au studio Fahrenheit avec pour chef-opérateur, Philippe M.. Septembre. Premier montage. Octobre. T. Kazue, demoiselle nipponne calligraphie la traduction japonaise de PARTI DE LA JEUNESSE. Novembre & décembre : Remontage clandestin par X. & Fabrice B. Maintenant nous comptons sur vous pour faire pression sur les chaînes cablées, régionales et nationales (en particulier M6) afin qu'ils diffusent PARTI DE LA JEUNESSE.

Merci pour leur courrier à : B. Philippe de Bayonne. B. Raphael de Flins (Belgique) C. Pierre de Niort. C. Valéry de Chaumont D. Guillaume de Valentigney D. Maryline de Montréal D. Michael de Saint-Die. D. Sophie de Lille G. Alban des Mureaux G. Yann de Roissy en Brie L. Christophe de Charleville-Mézières M. Jean-Brice du Pouget. M. Jérémie de Talence M. Yannick de Fresnes. P. Arnaud d'Issepts R. Romaric de Montigny le Bretonneux. S. Jean-Christophe de Grenoble Suzy de Radio Orthez Y. Simon de La Selle La Forge.