» Lima Sierra Delta » #12

Bulletin périodique de propagande, publié par LSD à l'attention d'une partie de la jeunesse de France, de partout et d'ailleurs ainsi que de l'International Raya Fan-Club.
Les admiratrices et les supporters de LSD désirant se procurer les prochains numéros devront joindre nécessairement pour toute réponse, autant d'enveloppes timbrées, mentionnant destination et destinataire.
Correspondants étrangers, fournir coupons internationaux.
Contacts :
limasierradeltafanclub@gmail.com
Lima Sierra Delta, b.p. 39, 75221 Paris cedex 05, France.

     »

Calendrier concerts :
15/5 au 24/5/88 Tournée au Québec.
21/5/88 LSD à Montréal.

Compte-rendu concerts :
18/4/88. Paris, théâtre Dunois. Ce soir là LSD a balancé 10 nouveaux morceaux à l'occasion de l'anniversaire de l'association Sortie de Garage, en passe de devenir une véritable société. Première fois qu'on jouait avec des Américains ainsi qu'avec Guadalcanal dont le bassiste est Marco, un ancien (et pas des moindres) des Swingo Porkies, qui s'est laissé pousser les cheveux.
11/5/88. Lyon. Voilà quatre ans qu'on était pas descendu jouer à Lyon, depuis le passage au West Side, mais tous ceux de la Lyon Connection sont montés plus d'une fois par chez nous, pour nous apporter leur soutien. C'est toujours un plaisir de partager la scène avec OTH, surtout quand ils finissent leur répertoire par Week End Sauvage avec Jean-Pierre et Muzo décalqués à la tequila. Un grand salut du "monde libre" à Philippe B. de la part de LSD. Un grand salut à Marc, Serge, Mouton, et tous les autres parce qu'ils ont tout compris depuis longtemps.
13/5/88. Saint Dizier. Jouer un vendredi 13 quelque part à l'est ça peut présenter certains risques, mais LSD c'est déjà une superstition, alors on avait rien à craindre, surtout qu'on se rappelait que la jeunesse du coin adore se faire dédicacer ses battes de base-ball. On a passé toute la fin d'après-midi à répéter un vieux morceau de Carl Douglas, Kung Fu Fighting, qu'on va sûrement enregistrer pour la compilation que va produire Hervé Philippe, ex-manager de LSD. Longue vie à l'association Renouveau Rock, parce qu'elle le mérite bien.

Dernières nouvelles :
Avis aux amateurs ! New Rose vient de sortir le premier album de LSD en compact disc, référence CD New Rose 6.

Correspondances :
Salut J.E. Aubert de Lyon, salut Laurent de Vennissieux et tout Lyon Connection qui nous ont écrit plein de fois, et à qui on répond pour la première fois. Il ne fallait pas désespérer finalement, nous sommes revenus dans la capitale des Gaules.
Salut Pierre P. de Pau. Nous n'avons pas prévu de jouer à Pau mais si l'occasion se présente nous ne manquerons pas d'y descendre comme l'été dernier au Théâtre de Verdure. Est ce qu'on aime Gogol ? On aime surtout la fiancée de Gogol.
Salut Angéline de Lessay. Ce n'est pas la peine de nous supplier pour obtenir une réponse. Un peu de patience pour la photo dédicacée. Est-ce qu'on connaît les P.M ? Oui et non, cela dit on a appris à les connaître pendant la tournée commune Rock en France fin janvier et début février. Ce sont tous des fans de LSD. Nous sommes tous bons copains depuis longtemps avec Martial, leur nouveau percussionniste.
Salut Eric de Carbon-Blanc.
1. Y'a pas de nouveau dans le groupe, cela depuis 1983, date officielle de l'arrivée de Muzo, saxophoniste.
2. Le rock and roll est la principale préoccupation musicale de LSD à 150%, par rapport à la soixantaine de morceaux du répertoire, tu peux compter sur les cinq doigts de la main les chansons à tendance reggae ou jazz, donc c'est pas vraiment une évolution de notre part, c'est une variation qui s'impose par rapport à la norme du départ. C'est un clin d'œil à d'autres époques, d'autres rythmes, c'est une façon de se rappeler que le rock and roll n'est pas la seule musique de la rue.
3. Lire que "certains détracteurs disent que LSD est mort parce qu'il serait rentré dans un processus de récupération commerciale" nous a fait bien rire pour plusieurs raisons :
a. d'abord parce que ça montre la naïveté des détracteurs en question, qui en connaissent pas visiblement l'histoire discographique de LSD, qui est le seul groupe en 6 ans à avoir changé cinq fois de maisons de disques, quatre fois de maisons de distribution, et six fois de maisons d'édition, cela c'est la plus belle preuve d'indépendance par rapport à l'industrie du "show business".
b. Ensuite parce qu'il est temps de remettre les pendules à l'heure, tous les labels indépendants fonctionnent sur les bases du capitalisme sauvage en termes de profit et de rentabilité, et d'après les critères dictés par leur alibi culturel et politique, les meilleurs d'entre eux pour ne pas dire les plus débrouillards emploient des réseaux de distribution tout à fait traditionnels. Prenons l'exemple du réseau New Rose qui, à l'heure actuelle, distribue la presque totalité des disques "alternatifs", dès fin 81, LSD a été en affaire avec New Rose, qui a produit notre premier album. Si nous l'avons fait avec c'est parce que c'étaient des professionnels de la distribution, qui de surcroît avaient une sensibilité Oi ! et punk-rock, et si New Rose a fait confiance à LSD pour les paroles et la musique, c'est parce que New Rose savait à l'avance combien il allait vendre de disques de LSD en France, en Belgique et en Suisse, et combien ça allait lui rapporter ! C'est toujours valable aujourd'hui pour n'importe quel groupe rentrant dans ce cas de figure. Désolé de le dire mais les manutentionnaires de chez New Rose qui emballent les colis de disques "alternatifs" sont des salariés, pas des bénévoles. Derrière les nouveaux anciens groupes qui, suite à leur succès récent, sortent enfin des disques et font mai 68 sur scène, il y a toujours une usine de travailleurs. Cette vérité est valable pour tout le monde, Top 50 ou pas. Est-ce bien clair ?
c. En conclusion, on peut dire que LSD en tant que groupe est le plus indépendant des indépendants car depuis le début, LSD n'a pas eu besoin de ce genre d'étiquette pour s'affirmer et faire son chemin.
4. Menphis Slim est un pianiste noir américain de Boogie-Woogie que nous avons confondu avec Slim Pezin, producteur de Eddy Jones.
5. C'est vrai que certains organisateurs de concerts nous craignent comme la peste parce qu'ils ne peuvent pas savoir qu'en fait nous sommes complètement irréprochables. Ceux qui ont eu affaire à nous sont là pour dire qu'on n'a jamais mis à sac leur maisons de campagne. Quant au public, il est ce qu'il est, il vient pour voir et écouter LSD.
6. Ceux qui nous connaissent bien savent qu'on est plutôt apolitiques avec des sauts d'humeur. Pour ne pas avoir à se répéter, on voudrait dire que certaines chansons parlent d'elles-mêmes, de Yasmina à En France, en passant par Soldats Perdus, Saint-Sauveur, As-Tu déjà Oublié ?, Cœur de Buddha et En Indochine. Ce qui est indiscutable, c'est que nous sommes solidaires d'une Partie de la Jeunesse avec laquelle nous vivons le même quotidien. Nous n'avons rien à voir avec l'immense majorité des beaufs de gauche et de droite qui nous entourent.
7. On espère qu'on ira jouer à Bordeaux pour la troisième fois.
8. Un 4 titres sort avant la fin du mois de mai avec sur la face A : Quartier Libre / Camarades, et sur la face B : Seul sur la Muraille / Grand Voyage. Deux de ces titres ne figureront pas sur l'album qui sortira en septembre et qui comportera une douzaine de morceaux, et que nous sommes en train de finir de mixer pour Musidisc, et puis on se casse à Montréal avec nos collègues de Montpellier, et on meurt tous dans l'avion comme Buddy Holly et Ritchie Valens. Salut à Benoît de Camera Silens.
Salut à Philippe de St Aignan. A l'heure où nous t'adressons cette réponse, le 45t quatre titres est pratiquement sorti de l'usine, et n'attend plus qu'à être emballé dans sa pochette. Aux impatients, il donnera un avant-goût de l'album de LSD qui sortira début septembre. Pour ce qui est de tes impressions du concert LSD-Meteors du 23/1/88 à Lisieux, elles sont complètement légitimes. Les différentes personnes du service d'ordre qui faisaient le sale boulot ce soir là, nous les connaissons depuis longtemps, puisque auparavant ils occupaient la place que tu occupes maintenant en tant que membre du public. Tout cela pour te dire que dans ce genre de concert, même les organisateurs sont des supporters de LSD avant tout. Tu aurais tort de polariser ton attention sur les divers débordements occasionnés par l'ambiance du concert. Rappelle toi qu'à un concert de LSD, il n'y a pas d'intrus. Tous ceux qui sont là sont pour LSD. Question musique, nous avons toujours été influencés par nos différents goûts musicaux, nous restons à 80% un groupe de rock and roll, tout en sachant que le rock and roll n'est pas la seule musique de la rue. Quand au Top 50, il ne nous pose pas de problème de conscience, car être ou ne pasêtre au Top 50, ça n'a pas de signification précise pour LSD. Nous ne revendiquons aucune attitude à cet égard, notre seul objectif est de continuer notre aventure à grands coups de guitare et de tambour, forts de l'amitié que nous portent nos camarades, et du fanatisme éclairé de nos supporters au niveau national, forts d'avoir le soutien de tous ceux qui ont la même vision du rock and roll.
Salut Dimitri de St Raphael. Tes goûts musicaux et tes idées sur le rock and roll sont complètement convaincantes. Nous avons aussi une très bonne opinion des groupes français qui sont à la fois modestes et sauvages, en particulier ceux de Montpellier. Bonne chance pour ton asso Rock and Roll Vengeance sur Aix en Provence / Avignon, et ton futur combo ultra-punkabilly.


A plus. LSD Fraktion.