Lexique Ludwig Von 88


Ludwig Von 88.

Les Ludwig Von 88 méritent-ils un prix spécial du jury au concours Lépine ? Depuis 1983, date fatidique de leur bulletin de naissance, ils ont su garder le cap sur un second degré mâtiné d'un fun désespérant pour les plus militant de nos punk-rockeurs !

Partis d'une version "négatif" des bérus (Petits LU contre BN : même musique, même esprit de la scène, même bazar sur scène), ils ont opté pour la dérision au profit du slogan (le slow gant diraient-ils ?), comme arme radicale et antibeaufs.

Comme un attentat à coups d'onomatopées et de délires scéniques, "Houlala" (1986) fut leur premier cri d'alarme face à notre société en déroute, suivi en 1987 par "Houlala 2 : la mission" ! Deux véritables albums-compil pour castors juniors alternatifs avec des titres comme : "Libanais raides", "j'ai tué mon père", "Bière et punks", "Louison Bobet for ever", "Fistfuck playa club", ... enfin tout un programme.

Tout d'abord quatuor avec Fabrice, Karim, Bruno, Laurent, le groupe passa en trio avec l'arrivée de Gondrax (et le départ de Fabrice et Laurent), qui s'en ira par la suite Raymonde et les Blancs Becs non sans avoir participé à PPI avec Karim et KK (ex-manageuse des endimanchés). Ouf ! Mais ce n'est pas fini, car Bruno enregistrera (1990) un album sous le nom de Titi et Nobru, avec une ex-choriste des bérus, et c'est aujourd'hui Charlu, ancien Nuclear device, qui tient la basse... des Ludwig. Bref ça se mélange sec au pays des kangourous (entendez, agités !). Après de multiples Maxi 45 tours concepts ("Séoul 88", "Guerriers Ballubas", "LSD for Ethiopie") et des tournées à travers le monde (Canada, Allemagne, Yougoslavie, Espagne), les Ludwig ont connu vif succès radiophonique avec "New Orléans" en 1991, offrant au passage un nom ("Houlala") à une division de Bondage, dont ils sont une des locomotives (disons TGV même ! - 200 000 ventes).

"Ce jour heureux est plein d'allégresse", oratorio spatio-temporel compte 19 titres et pas moins d'humour décapant... tout comme "Tout pour le Trash", album concept produit par Gilles Théolier...

Hilarants, iconoclastes et ravageurs, ces habitués de la provocation et de l'improvisation continuent d'utiliser le fun comme un moyen original pour se moquer, à grande dose de rire jaune de notre monde cruel (Ô monde cruel !).

Leur neuvième album "Prophètes et Nains de Jardin", fait toujours preuve de la même passion qui anime le groupe pour une musique tous azimuts, où Charly Oleg est célébré comme il se doit ("featuring Charly, l'authentique"). "Hiroshima", quant à lui, propose une réflexion intéressante à propos du nucléaire en s'appuyant sur l'événement du 6 août 1945 et en proposant de nombreux témoignages

Ludwig Von 88 et LSD partageront l'affiche du concert de soutien à Rock à l'Usine, au Cirque d'Hiver, le 7 juin 1986, avec également Bérurier Noir, Porte-Mentaux, Hot Pants et Les Coronados.

Ludwig Von 88 exprimait pourtant un ressentiment anti-LSD, sans en avoir manifesté publiquement la cause, à la différence de Loran et Marsu des BN (qui à l'instar de Crass outre-Manche décidaient et désignaient dans leur coin qui n'était "pas clair politiquement"). Cela n'a pas empêché LSD de rester "politiquement incorrect" et d'être rejoint catégoriellement par François lors de son passage des BN à Molodoï (90).