Les Garçons Bouchers
Premier groupe du Gros François à s'être distingué de la masse des cinquante-deux autres combos auxquels le brave homme participait en même temps (Los Carayos, Pigalle, etc...) pour l'amour de la musique et de la poly-instrumentation suisse à lames multiples. N'en déplaise aux esprits chagrins, les Garçons Bouchers n'ont pas enregistré que "la bière" ! La preuve, écoutez-donc "Carnivore" et vous comprendrez aisément pourquoi le Gros occupe toujours le devant de la scène.

Les Garçons Bouchers correspondent dès le départ fort bien à ce mélange qui dépasse le circuit punk en osant, par exemple, l'accordéon en plus de la guitare saturée et aussi des chansons de Piaf. Groupe créateur de Boucherie Productions, ayant réussi à bousculer des à priori musicaux, en mélangeant des influences qui ont mêlé des publics. Musique pêchue, univers caustique aux histoires à la fois drôles et dénonciatrices, les Bouchers ont réussi à construire un véritable concept musico-théâtral bien à eux.

Formés à Paris en octobre 1985, les Garçons Bouchers verront défiler divers membres : Eric "Blitz" Liszt (chant, ex- Colditz, remplacé par Sapu ex-Docteur Destroy, également avec BB Doc), Daniel Bélavoine (guitare), Blank (guitare, future Invendables), Riton (basse puis guitare, ex-Parabellum), François Hadji-Lazaro (chant & divers instruments) et Steff (saxophone, également dans Bernadette Soubirou et ses Apparitions), Toto (trombone).

10 ans pendant lesquels ils secouent la scène rock française avec humour et provocation : voilà le bilan des « Garçons Bouchers ». Après 6 albums et plus de 500 concerts, le groupe est devenu la figure de proue du rock français.

Outre les interconnections entre Warhead, Rock à l'Usine, l'International Raya Fan Club et LSD, sur le plan musical les Garçons Bouchers partageront l'affiche plusieurs fois avec La Souris :
Le 21 mars 1986 à la mjc de Hérouville St Clair (Caen),
le 8 août 1986 au Festival de Sexcles,
en mars 1988, durant le festival à Montréal avec également Noir Désir, OTH, Gilles Tandy, Galine, et les Young Gods,
le 31 août 1991, à Lillers avec les Steaks Bulgares, Albatross, You Slosh, Jacky Mac Auley & The Poor Mouth et Wilko Johnson.
Après avoir été « punkifié » par Blank et « tondu » par Eric Colditz, FHL rentré en contact avec LSD à la mi-85 devant le Rex-Club, propose alors non seulement d’organiser un concert de LSD au Séisme de Champigny mais aussi de faire la sono puis d’assurer la sécu et de surcroît jouer en première partie avec Pigalle et les GB !

Peu après cette rencontre révélatrice de la personnalité du personnage, un concert de Komintern Sect et d’Evil Skins dans la salle déjà nommée (en plein fief électoral de George Marchais) permet de constater que FHL autoproclamé agent de sécurité, est vite débordé par un public de la catégorie qu’on peut imaginer.

Par la suite, il a prouvé qu’il était, heureusement pour lui, meilleur au violon et à l’accordéon.

Devenu trois ans plus tard, patron de la sarl Boucherie (aujourd’hui rebaptisée Bouchon !), comme tout professionnel du show-business qui se respecte, il effectue à terme échu le paiement des royalties à qui de droit, ce qui fait beaucoup de termes depuis 88 (rires !).

Jusqu’à preuve du contraire, on lui propose un titre parodique de compil pour son catalogue : Mon Grand-Frère Est Un Swindler.