Bijou

Savigny-sur-Orge, début des années 70… Les groupes se suivent et se ressemblent, de reprises de standards anglo-saxons chantés en "yaourt", en répétitions interminables et concerts improbables. Cette effervescence constitue pourtant le vivier de la génération de groupes qui ne tardent pas à émerger.

BIJOU, formé en 1974/75, s'impose dès son premier album, "Danse avec moi", parut en 1976, comme un des leaders de cette nouvelle scène rock française. Composé de Philippe DAUGA (basse et chant), Vincent PALMER (guitare, chant) et Yan DYNAMITE (batterie), avec l'aide de Jean-Philippe THOURY à l'écriture, BIJOU appose d'emblée sa patte, son ton parfois décalé et ses mélodies tenaces. Preuve est faite que le rock peut sonner en français.

Des tournées intensives à travers l'hexagone finissent d'asseoir la réputation du trio et quatre autres albums studio suivent : "Ok Carole", "Pas dormir" (produit par les fantasques et géniaux SPARKS), "Jamais domptés" (dont est issu le plus gros tube du groupe, l'hymne "Rock à la radio") et "Bijou bop". Au passage, "Bijou live" vient témoigner en 1981 de l'intensité des prestations scéniques du groupe.

BIJOU, c'est aussi le catalyseur du retour de GAINSBOURG. A l'époque reclus dans une quasi retraite et pétrifié à l'idée de monter sur scène, Gainsbarre n'est pas dans une période créative intense. BIJOU lui a fait écouter sa version des "Papillons noirs", un morceau interprété dans les années 50 par la présentatrice télé Michèle Arnaud. Un titre écrit par le maître au début de sa carrière mais passé aux oubliettes. La version de BIJOU est inventive, originale ; au goût de GAINSBOURG en somme. Ce dernier reprend contact avec les jeunes banlieusards, et ne manque pas dès lors aucune répétition du groupe, veillant même scrupuleusement à l'approvisionnement en… Sauvignon. Suivant le groupe dans un de ses déplacements, il finit par monter sur scène lors d'un concert à Reims. Il rééditera la performance à plusieurs reprises, au Palais des Sports, à Mogador et à la Bourse du Travail à Lyon. La carrière de GAINSBOURG est dès lors relancée, le retour est annoncé, et les années 80 seront pour lui prolifiques. D'où une certaine "gratitude" envers BIJOU, qu'il convie notamment à participer à plusieurs bandes originales, dont "Je vous aime", de Claude Berri, avec Catherine Deneuve et Gérard Depardieu. BIJOU fait d'ailleurs à cette occasion une fugace apparition à l'écran, accompagnant Depardieu qui interprète un étonnant chanteur.

Quelque peu encombré par l'ombre protectrice mais envahissante de GAINSBOURG, tiraillé par des divergences musicales, et usé, BIJOU se fragilise. Immanquablement, en 1983 l'aventure se termine. Le rideau tombe sur plusieurs centaines de milliers de disques vendus, nombre d'apparitions télé et des centaines de concerts, du plus petit club à l'Olympia. Fin de transmission…

Bref retour en 1988 avec le single "Lola" qui malgré sa relative réussite (le single ayant flirté avec le Top 50) ne réussira pas à convaincre les membres du groupe de relancer la machine BIJOU… Jusqu'à 1998, quand DAUGA et DYNAMITE ressortent finalement BIJOU de son écrin. L'alchimie fonctionne toujours entre les deux anciens BIJOU : réunis par des goûts communs, une passion commune pour FREE ou LED ZEPPLIN, une envie intacte de jouer, ils sont sur la même longueur d'ondes et retrouvent rapidement leurs marques.

Le groupe décide alors de réapparaître lors d'un concert au festival lyonnais des Nuits de Fourvière (Juillet 99) en compagnie d'un autre groupe mythique : BLONDIE. Malgré un manque évident de repères, le groupe est accueilli avec entrain par le public, le plaisir et l'énergie sont toujours intacts. "Dans leur petite loge, les musiciens de BIJOU ne se doutaient sans doute pas du triomphe qu'ils allaient recevoir quelques minutes plus tard. C'est en effet sous une pluie d'applaudissements que le groupe fraîchement reconstitué a dû quitter la scène".

C'est décidé, Bijou doit renaître de ses cendres ! Un nouveau guitariste et un clavier viennent se joindre à l'aventure, il s'agit d'un ancien de BALAVOINE : Jean-Pierre SCHICHE et de Elisa, clavier des tournées de MOON MARTIN. Dans ces conditions, la reformation de BIJOU constitue un événement majeur dans le paysage pop/rock français en réunissant expérience, talent, et plaisir de jouer : un cocktail efficace qui produit de belles mélodies et fait du bruit, au sens propre comme au sens figuré.

LSD a fait également la première partie de Bijou à Orléans le 24 Avril 1979.