Interviews Tapé Dans Le Mille. Décembre 1991.

Dès le premier numéro, nous avions parlé de L.S.D à travers des articles du magazine, mais comme nous sommes fans, nous les avons interviewés. Bonne lecture !!!

Historique de LSD ?
Jean-Pierre (Guitare), Rikko (Basse), et Tai-Luc (Guitare et chant) recrutent Jean-Claude (Batterie) par une petite annonce à Star's Music, Pigalle. Premières répétitions dans un local à proximité de la place de Clichy. 17/02/79 premier concert au Forum des Cholettes, Sarcelles. Objectif début 79 : squatter la musique punk, la fusionner avec le rock and roll fifties. A l'époque, on peut lire sur le dos de quelques mohicans de la rue du Faubourg du Temple : "punk hates rock". C'est seulement en 83 que Muzo rejoindra LSD en tant que saxophoniste.

Influences musicales d'hier et d'aujourd'hui ?
Du premier album jusqu'à Eddy Jones ; soit durant une première période allant de 81 à 86, LSD a été musicalement nourri par le rock and roll américain de Gene Vincent (56-57), par le punk-rock britannique (77-80) de Sham 69, the Jam, the Cockney Rejects, par le ska et le reggae jamaïcain. Depuis 87 jusqu'à aujourd'hui, LSD s'est instruit en matière de rythm'n'blues et de funky beat.

Pourquoi un tel changement musical sur votre dernier album ?
Banzai en 1991, ce n'est rien d'autre qu'un nouveau parcours du combattant, une invitation musicale-suburbaine à tous ceux qui veulent bien sortir de leur léthargie punkoïde.

Quels sont tes projets pour LSD ?
L'après Banzai est en train de se concevoir au New-York Studio, quelque part au nord de Paris, il sera beaucoup question de Japonaise perdue dans le R.E.R., de Princesses de la Rue… Top secret pour l'instant.

Dans votre dernier album vous avez mis une dédicace spéciale à François de Molodoi. Molodoi serait-il pour toi LSD pendant ses débuts ?
La dédicace spéciale à l'attention de François sur Banzai est complètement justifiée, car d'une part il a su se désolidariser de ses "commissaires politiques alternatifs", et d'autre part c'est depuis le début un grand amateur de LSD.

Qu'entends-tu quand tu dis "qui a rallié la cause de Saigon" ?
"La cause de Saigon", c'est oser espérer qu'un jour le Viêt-Nâm soit libéré du joug totalitaire. Saigon Oi ! est aussi le nom d'une future chanson de LSD en préparation.

Parle-moi de la chanson "St Sauveur".
Saint-Sauveur est à Paris, une rue perpendiculaire à la rue Saint Denis, entre Etienne Marcel et Réaumur-Sébastopol. Le refrain de la chanson (composée en 1983, enregistrée en 84) est une supplication au Saint-Sauveur (s'il existe) pour qu'il sauve tous les banlieusards, mauvais garçons et mauvaises filles en exil aux Halles. La mauvaise fille du second couplet était une très jeune actrice de cinéma en rupture de casting, les mauvais garçons du premier couplet, certains ont maintenant les cheveux longs, mais ont toujours leurs tatouages. La plupart ont fait vœu de clandestinité, impossible d'en dire plus.

LSD a 13 ans, qu'est ce que ça fait d'être un des plus vieux et plus populaire groupe de France ?
LSD est sur la place depuis 79, il s'agit moins de longévité que de détermination. Comme un rebelle Afghan. Rendez-vous en l'An 2000 !!!

J'ai lu dans un magazine, que vous étiez influencé par des groupes comme 999, est-ce que vous écoutez encore des groupes punk-rock-oi tels qu'Angelic Upstarts ?
LSD n'a jamais été influencé par le groupe punk britannique 999, mais il se fait qu'en mars 77, Jean-Pierre et Tai-Luc ont assisté au concert de 999 et de Jam au Nashville Rooms, en pleine période de "London's Burning". On n'a pas écouté les "Mensi's Marauders" depuis 82 quand ils ont sorti "Two Million Voices", un excellent disque. En décembre 86, on devait jouer avec les Upstarts à la Porte de Montreuil, à la place on a eu le droit à Condemned 84.

La scène Oi renaît en France et en Europe, qu'est ce que vous en pensez ?

Les meilleurs heures de la Oi britannique sont celles de compilations (période 81-82), où l'on peut entendre les formidables vociférations de Gary Hodges, telles que "Chaos, don't give a toss", "what a wonderful world it is", ainsi que la poésie parlée de Gary Johnson, (véritable expert en "cockney rap" a capella). Difficile de faire mieux à ce niveau. Si en France il y avait eu un Top 50 Oi, seul un jeune artiste iranien nommé Iman aurait pu prétendre au titre de représentant du style à la fin des années 80.

Vous n'avez pas encore eu le Bus d'Acier, quelles sont tes impressions ?
Ca fait des années qu'on a le moral d'acier, à quoi nous servirait d'avoir le Bus d'Acier !

Quand verra-t'on un clip de LSD ? Y aura t'il un second LP live ?
Un deuxième album live style "Bataclan suite" ou encore une sélection live sur la décennie, c'est possible à réaliser car nous avons le matos, amis ça ne presse pas ! Le film long métrage sur LSD dans lequel est inclus le video clip BANGKOK, dont le montage vient de se terminer, fait pour l'instant l'objet de discussions conflictuelles entre le réalisateur Olivier Simon, et LSD. Cependant, pour la distribution, LSD tient à remercier Nilar Win qui a fait tout ce chemin de Rangoon à Belleville, sans qui la séquence kickboxing n'aurait pas été 300% percutante ! Hiromi O., la "speakerine" japonaise de LSD qui est tout simplement magnifique devant le drapeau Mikado de la Nouvelle Aube. Hmaem, Dao, Torn, les Demoiselles de Chiang Hmai qui dansent le lamvong sur BANGKOK ! Ma Desheng qui joue son propre rôle historique de poète dissident chinois des Rues de Pékin. Koo H.B., le jeune karenni et toute sa famille du village Kayan Thar Yar ! Moua S., le camarade Hmong pour qui Banzai de LSD est un opium musical ! François le Paysan "l'infâme Roudoudou", Pascal BR 95 le "camarade banlieusard en tee-shirt Clockwork Orange", Gérald B. qui excelle dans l'auto-parodie situationnelle sur les auto-routes de son existence avec LSD en tournée au cours de La Nuit Sera Blanche.

Un dernier mot ?
Dédicaces eurasiennes à tous les octavons, les quarterons, les métis de l'Indochine.

Approximativement, vous avez fait combien de concerts ?
LSD a effectué beaucoup de concerts un peu partout en France, pas évident de se rappeler la quantité, mais on n'oublie jamais la quantité anecdotique de certains gigs : Printemps 80, LSD jouait au Festival de Saint-Gracien (par un hasard de programmation, en première partie de Philippe Chatel !), les organisateurs nous demandèrent d'écourter notre prestation scénique en échange d'une gratification financière.

Bien reçu la chronique du concert de LSD du 10/10 à l'Elysèe-Montmartre, parue dans "Combat Pop" rédigé par François G. de Saint-Brice. On attend la prochaine chronique, à bon entendeur, salut !
La Souris Déglinguée sera de nouveau en concert à l'Elysée-Montmartre, Paris, le 13/12, avec pour invités, les Vierges et les Naufragés.

Contact LSD : Lima Sierra Delta, BP 39, 75005 Paris (joindre une enveloppe timbrée pour la réponse).

Merci à Tai Luc, nous avons apprécié ses réponses, nous apprécions ce que tu fais, continue à nous faire voyager à travers tes chansons !!!