» Interviews » Rock & Folk. N° 203 . Décembre 1983

On dirait que ça bouge. Que les choses se décantent un brin. Doucement mais sûrement, quelques passages radio pour "Marie France", un disque qui part bien et qui intrigue tout un tas de gens. Bref, on en parle, on va voir la gueule que ça a et si ça mord pas. On se renseigne. Ce serait trop bête de rater "La Souris Déglinguée" aujourd'hui pour passer demain pour le dernier des blaireaux. Sait-on jamais ? Et puis le rock, en fin de compte, il est plus chez LSD que chez les "Stones", non ? En 83. Vous voyez que l'on peut s'entendre ! Tenez, je vais vous le répéter une dernière fois : Ca ne mord pas ! Je ne peux pas mieux vous dire... Comment ? Vous allez acheter "Aujourd'hui et demain" ! non ! Sacrés rockers, va ! Des comme vous, il en faudrait plus... Si, si...

R&F: Peut-on parler d'un nouveau style ?
L.S.D.: Il n'y a pas de nouveau son, ni de nouveau style, il y a juste un peu plus d'expérience de studio. On jouait déjà "Marie-France" en 80; quand à "Malaysia hotel", c'est une improvisation en prise directe sur la console. Ce n'est pas pour se démarquer de l'image musicale du groupe, c'est juste un clin d'oeil à un morceau qui s'appelle "Splendide Cambodge" que Tai-Luc a entendu à Shanghaï en janvier.

R & F: Un deal avec une grosse boîte de disques, ça vous tenterait ?
L.S.D.:Tu sais, il est évident que les trusts multinationaux à dominance américaine ne voient pas l'intérêt à travailler avec nous. Par conséquent, le problème des avantages et des inconvénients d'un contrat événtuel entre eux et nous ne se pose même pas. On compte sur nos propres forces et on a la meilleure promotion : le téléphone arabe. Si Célluloïd peut faire mieux, ce sera très bien. Nous on attend.

R & F: Vous ne craignez pas que "Lili Marleen" soit mal perçue ?

L.S.D.: Ecoute, "Lili Marleen" est une chanson sur une fille à soldats, uniquement. Même Georgette Plana l'a reprise ! De toute façon, nous on voulait sortir un version avec le dernier couplet en Français, un couplet parodique qui est historique et que chantaient les Français sous l'occupation. Les éditions "Intersong" nous ont refusé ce droit parce que, paraît-il, nous aurions dénaturé leur version officielle Française. Alors on a sorti la version 100% allemande. La chanson est belle et on y tenait.

R & F: Des projets ?
L.S.D.: Surement une chanson d'Edith Piaf et de nouvelles compositions de Rikko, le tout pour un six titres qui devrait voir le jour en 1984.

R & F: Si ça marche pas, à qui la faute ?
L.S.D.: On va faire une tournée début 84 et on espère jouer à Paris dès que l'interdiction sera levée. Pour le reste, toucher le grand public n'est pas notre problème. Partout où l'on va on retrouve le même public amateur de rock'n'roll dégénéré, c'est un certain reflet de la musique. De plus, pour un groupe de Rock'n'roll il y a plus de succès que de réussite, au sens de décrocher la timbale. Il faut garder la tête froide et éviter les faux espoirs. Si on se plante, on n'accusera personne.

R & F: En dehors de LSD, que pouvez-vous faire ?
L.S.D.: (En choeur) Augmenter notre pouvoir d'achat...

P.L.