» Interviews » Presto. N°18. Mars 1996.

LSD. Mais si, on vient…

Un concert annulé ça fait très mal au ventre ! Un concert reporté, on peut supporter la douleur, même deux mois…

Il y a quelques semaines vous aviez prévu de passer une agréable soirée en compagnie de La Souris Déglinguée. Cela devait se passer le 24 janvier à l'Aéronef, nombreux furent des déçus, certains désespérés de la non-venue de leurs idoles noyèrent leur chagrin dans l'alcool. D'autres prirent ça avec philosophie et regardèrent Colombo sur TF1. Qu'à cela ne tienne, rangez vos mouchoirs et éteignez la télé car LSD revient… Et pour se faire pardonner Tai Luc offre aux lecteurs de Presto (tant pis pour les autres) l'exclusivité d'une interview !

Comment ressens-tu l'accueil de votre dernier album "Tambour et Soleil" par les critiques et le public ?
Il est encore un peu tôt pour donner des chiffres au niveau des ventes puisque l'album n'est sorti que depuis 3 mois environ. "Tambour et Soleil" est une sorte de compilation de différents styles musicaux et l'accueil par le public et les critiques est globalement bon. Depuis le temps que nous existons, les gens s'attendent à ce que chaque nouvel album soit différent de l'autre, d'où peut être une certaine considération.

Pourquoi le report de date du 24 janvier au 7 mars ?
Oh c'est juste une question technique… Je ne suis pas trop au courant de la préparation de notre tournée, mais je crois qu'on s'est rendu compte que ce n'était pas possible de jouer un jour à Lille et de devoir être le lendemain à l'autre bout de la France !

Est-ce que vous venez avec une formation classique ou y aura t'il des musiciens qui ont participé à l'album. Par exemple les choristes que l'on entend dans "Vénales Fiançailles" ?
Il y aura Thierry et Muzo aux cuivres, Rikko à la basse, Cambouis, bien qu'il remplace Jean-Claude à la batterie, n'est pas pour autant un inconnu puisqu'il tournait déjà avec nous comme road depuis 83. Par contre Olivier (clavier) ne sera peut être pas avec nous sur ce coup. Il y a aussi Manu et Arnaud à la technique, Nico à la sono, et Philippe qui est notre organisateur depuis 88.

Doit-on s'attendre à un concert dans l'ambiance de "Tambour et Soleil", intimiste et feutré, ou laisserez vous une large part aux anciens morceaux ?
Pour les concerts nous gérons le répertoire avec les anciens et les nouveaux. Deux tiers d'anciens et un tiers de nouveaux, ce qui permet d'assurer la promo du dernier CD. Je voudrais dire que si on joue certains anciens morceaux ce n'est pas seulement pour faire plaisir au public, c'est aussi parce qu'on aime les jouer, et ils évoluent avec le groupe. C'est la raison pour laquelle nous avons fait notre remix. Il y aura peut être des personnes qui voudront entendre une chanson en particulier, et si nous ne la faisons pas, et bien ils auront les moyens de l'écouter chez eux après le concert. Il faut bien faire une sélection des morceaux, sinon le concert durerait trois heures.

On peut penser que cette tournée sera le reflet de votre carrière…
Excuse moi, mais je n'aime pas le terme carrière, ça me fait penser aux mines où l'on extrait la bonne matière de la roche ! Ce que je veux dire c'est que nous ne faisons pas le tri entre bon ou mauvais morceau pour la bonne raison que l'on ne regrette rien. Ce que l'on a commencé avec LSD au début des années quatre-vingt c'était super, ce que l'on composait faisait partie de l'ambiance de l'époque. Pour La Souris cette période punk est un acquis et c'est plus la peine que nous nous remettions à faire ce genre de musique. Donc pour répondre à ta question, plutôt que de carrière je préférerais parler de reflet actuel du trajet de La Souris.

Gardes tu de bons souvenirs de tes derniers passages à Lille ?
Oui, en particulier au Splendid de Fives, c'était en 87. Le concert était filmé mais malheureusement il y a eu un problème technique et rien n'a été enregistré. Le public de Lille me fait penser à celui de Londres, exigeant sur la qualité et toujours très réceptif. De plus j'y viens de temps en temps faire la fête, alors je profite de l'interview pour passer le bonjour à Denis (il se reconnaîtra !).

Serge Faches