» Interviews » Jack Lalli

INTERVIEW DE TAÏ LUC
L'actualité de La Souris Déglinguée en ce moment c'est la réédition de cd agrémenté de bonus vidéo, et la sortie du DVD Bataklang !!! Est ce le début d'un développement conjoint de l'image et du son ?
Taï Luc : C'est tout simplement la compression numérique au service du groupe. L'avenir réserve encore d'autres surprises.

Quels sont les autres projets en préparation ?
Taï Luc : assurer la diffusion du clip "Brigitte Bardot Cambodgienne" et continuer à travailler sur le montage de La Souris Déglinguée @Phnom-Penh et du séjour au Pays Khmer.

J'avais entendu parler d'une participation à une BO de film qu'est ce que c'est devenu ?
Taï Luc : "Saigon Samedi" est un film en devenir écrit par Do Khiem que je connais par son frère. Linh a joué le client asiat' dans le clip "Vénales Fiançailles" en 95. L'histoire de "Saigon Samedi" se situe dans les premiers mois de l'année 75 avant la chute de Saigon. C'est une sorte de "Vietnamese Grafitti". Khiêm qui suit les aventures de La Souris Déglinguée depuis quelques années m'a demandé de lui préparer le côté ethno-sonique de la chose. J'ai donc la charge de toute la musique de "Saigon Samedi", soit 24 reprises de chansons vietnamiennes. Un repérage préliminaire a eu lieu à Chiangmai et en Thaïlande au cours duquel, un premier producteur viêt-kiêu a presque perdu la raison, un second producteur français a depuis pris le relais. On a même fait un casting vocal pour recruter des demoiselles vietnamiennes qui connaissent le répertoire du Saigon de ces années-là. Une scène du film a finalement été tournée aux Philippines et à Arcueil avec une starlette de Manille, Chin-Chin qui chante sur la proto- B.O. , "Le Pays Que Dieu A Oublié" enregistré par Fred "Banzai Tambour Granada" M. avec la participation cuivres de Muzo et Pedro. Histoire à suivre vu que c'est pas terminé.

Après avoir agité les neurones d'une partie de la jeunesse de France de partout et d'ailleurs, depuis ces années votre public se compose aussi de leurs petits frères voir de leurs enfants, c'est quelque chose d'exceptionnel dans le rock français ?
Taï Luc : Ce qui est encore plus exceptionnel, c'est de voir et entendre des enfants chanter "Tambour Et Soleil" à la fête de leur école car leurs maître et maîtresse achètent les disques et fréquentent les concerts de La Souris Déglinguée.

Même Pedro, le trompettiste avoue que, quand il avait 16 ans, il appréciait beaucoup le morceau " Nouvelle aube ". J'imagine qu'il doit prendre beaucoup de plaisir à jouer avec vous ?
Taï Luc : Prendre plaisir à jouer "Nouvelle Aube" avec La Souris Déglinguée c'est une chose, se retrouver à jouer "Nouvelle Aube" avec La Souris Déglinguée au Cambodge, c'en est une autre, d'ailleurs Pedro ne s'est toujours pas remis sensoriellement de cette expédition effectuée en juin 2000.

A ce propos, en 94, tu écrivais dans un question/réponse "La longévité de La Souris Déglinguée s'explique d'une seule façon : bannissement des drogues dures, consommation de ginseng, et tatouage mental organisé". Comment expliquer le dernier terme et est ce toujours la même recette ?
Taï Luc : La première fois que j'ai utilisé la formule finale, c'était après un concert au Bikini, Toulouse en 87 ou 88 pour répondre au camarade Tin-Tin qui débutait alors dans les dessins épidermiques. A part ça, je souhaite longue vie et prospérité à tous nos amis et partisans, surtout ceux qui n'ont pas banni certaines pratiques.

Que représente les termes We loose to win syndicate qui apparaît sur les albums ?
Taï Luc : J'ai toujours pensé que La Souris Déglinguée était un syndicat voire une triade. "We Lose To Win" est le rappel d'un état d'esprit.

Est ce un terme qui pourrait résumer le sort du groupe ?
Taï Luc : C'est un terme qui résume le mode d'action. En ce qui concerne le sort des uns et des autres, "C'est Allah qui décide" est aussi une excellente devise.

Beaucoup d'artistes aussi divers que talentueux (Marsalis, M'Shell Ndégéocello, Chocolate Genius, Prince) se plaignent du peu d'intérêt de leur maison de disques pour leur créativité, Prince parle même de course au vide. Comment sont vos rapport avec votre label ?
Taï Luc : Sans vouloir balancer des noms, l'artiste qui est en haut de l'affiche et qui se plaint de sa "majeure compagnie", ça fait aujourd'hui partie de la promo et du marketing alors je dirai à l'opposé que nous avons des rapports cordiaux avec tous les labels qui distribuent La Souris Déglinguée, qu'ils soient p.m.e., big ou underground, c'est à dire Last Call, Mélodie-Celluloïd, Universal et LTDC. Heureusement que la créativité artistique, c'est pas l'affaire de celui qui est derrière le bureau mais de celui qui est devant.

As tu envisagé de distribuer la culture et les albums de La Souris sur le net ? Vu la promo faîtes pour les albums cela ne changerait pas grand chose non ?
Taï Luc : Je ne sais pas comment la législation va évoluer, en tout cas, depuis quelques années, tout La Souris Déglinguée est disponible gratuitement sur le net. C'est pas comme ça qu'on risque de s'embourgeoiser mais ce nouveau téléphone arabe présente des avantages manifestes : Le mec qui cherche "Afghan" sur "Google" va qu'il le veuille ou non tomber sur le texte ou le mp3 de "Rebelle Afghan" et la demoiselle qui cherche "Bush" atterrit sur "Bush n'a qu'à bien se tenir" de "Ramdam". De ce point de vue-là, Internet, c'est plus que bon car la plupart des textes des chansons de La Souris Déglinguée en ligne circulent de cette façon-là aux quatre coins de la planète, beaucoup plus rapidement qu'à l'époque des fanzines et du bouche à oreille. On ne va pas se plaindre de cette technologie.

A ce sujet, plusieurs sites et pages persos existent sur la souris, cependant www.la-souris-deglinguee.com se détache largement du lot. Il répertorie votre univers avec une minutie réjouissante. Pourtant malgré ta participation par le biais des mises à jour de Lima Sierra Delta ou par des prêts d'archives photographiques, il reste " non-officiel ". Raconte moi un peu cette histoire.
Taï Luc : www.la-souris-deglinguee.com est un site non-officiel en ce sens que ce n'est pas un membre ou un proche de La Souris Déglinguée qui est à l'origine de ça. Encore mieux, c'est un fan-site créé et administré par un partisan provincial. C'est une base de données pour celles et ceux qui veulent étudier le groupe.

La sortie du Dvd est un cadeau pour les fans comme moi qui n'ont pas la chance de vous voir depuis longtemps. Envisages-tu de t'approcher un peu plus des Alpes Maritimes dans les années à venir, d'autant plus que Cagnes-sur-Mer ne t'est pas inconnu je crois ?
Taï Luc : J'ai quitté la région à l'âge de six ans et j'ai perdu l'accent. A moins que je sois dans l'erreur mais ça fait deux décennies qu'on nous dit que ce département est une zone sinistrée et qu'il n'y a que des promoteurs de concerts retraités. On attend celui qui nous prouvera le contraire.

Qu'est ce que tu écoutes comme musique ces derniers temps ? A ce propos je te conseille l'album des Yohimbe Brothers avec Vernon Reid et Dj Logic premier morceau dédicace a Joey Ramones : superbe.
Taï Luc : Playlist "AudioCatalyst" de la semaine dans le désordre : The Supremes, Rufus Thomas, Isaac Hayes, The Barkays, The Markeys, Booker T. & The MG's, Tarheel Slim, Carl Douglas, La musique de "La Marque Du Tueur" et un tibétain du nom de Yadong.

Quel est le dernier concert que tu as vu ? Pour ma part c'est TTC (rap/Ninja Tune) au Midem, le même soir intro de Joey Star (OUAIS), de 1minute (ooooohhhhh), pour Lady Laistee, mais là, je me suis barré.
Taï Luc : C'était pas vraiment du rap mais du heavy metal en soutane et du ska en sombrero : Gogol et Acapulco Gold.

Qu'est ce que tu lis en ce moment ? Quant à moi je te propose Boire la Mer à Gaza de Amira Haas aux éditions La Fabrique
Taï Luc : Je lis les commentaires de la presse asiatique sur le sac de l'ambassade de Thaïlande à Phnom Penh survenu il y a quelques jours.


http://www.jacklalli.com/

Réalisé par Christophe Juan - février 2003