Articles Presse locale, 15 juin 1989
10 juin 1989 :
Festival Rock à Tulle : "ROCK EN TRANSE"
89 est une grande année anniversaire. Elle le sera aussi pour "ROCK A LA GRANGE", notre association, qui fêtera ses 3 ans d'existence en Octobre, 3 ans de combat, pour faire vivre le rock à Tulle et ses alentours.
Malgré les problèmes rencontrés, le bilan de ces années est quand même positif.
Nous tenons ici à remercier la Mairie de Tulle et le Centre d'Animation Culturelle qui nous ont apporté leur soutien durant ces 3 années.
Tous les enseignements retirés des concerts précédents, nous ont décidé à nous lancer dans l'organisation d'une manifestation beaucoup plus importante, en l'occurrence le Festival "Rock en Transe".
la scène Rock française une des plus riches d'Europe à l'heure actuelle. Elle compte en son sein des milliers de groupes, bons ou moins bons mais dans tous les cas complètement négligés par les médias (sauf quelques rares exceptions). Pourtant, certains ont réussi par leur talent, mais aussi leur hargne et leur volonté de jouer, à se faire connaître et à s'imposer dans la France entière.
"Rock en Transe" fera jouer certains de ces groupes, dont plusieurs groupes, dont plusieurs groupes régionaux, qui auront l'occasion de jouer devant un public nombreux rassemblé pour la venue des plus connus.
Il faut savoir que des groupes comme OTH ou La Souris Déglinguée attirent maintenant régulièrement une moyenne de mille personnes à leur concert.
Le 10 juin, ce sera la fête du rock à Tulle. Vive le Rock !
Concert organisé par "Rock à la Grange" en collaboration avec le Centre d'Animation Culturelle.
Collaborent aussi : l'A.D.I.A.M. Corrèze, DRAC Limousin, la Discothèque Municipale de Tulle et divers partenaires privés.

 


La Souris Déglinguée.
groupe phare de la scène rock des années 80, contemporain d'O.T.H, leurs récents disques fourmillent de recherches et d'arrangements, tout en brandissant un éclectisme salutaire. Le tout dernier (Quartier Libre), plus dur que les précédents, est aussi en phase avec l'énergie scénique. Sous ses dehors un peu rudes, il est très séduisant et attachant.
Côté scène : musicalement violent mais bien maîtrisé, avec un renfort judicieux d'une section de cuivres. Côté public : il semble désormais permis de savourer pleinement la chaleureuse âpreté de morceaux qui sont plus des hymnes que de simples chansons. En dénonçant à sa façon certains alibis idéologiques, en mettant en cause de nouveaux conformismes et en assumant ouvertement ses contradictions, La Souris dérange, et c'est tant mieux.
Héritage punk-destroy, rockabilly, jazz aussi qui dans les années 30 était une musique de la rue : "on a voulu le montrer avec Eddy Jones sur le nouveau disque, on a tapé du côté de la musique noire au niveau des rythmiques batterie / basse de trois morceaux".
Avec La Souris Déglinguée la révolte n'est pas affaire de simples discours théoriques et de concerts de soutien : elle est chez eux omniprésente, apparaissant aussi bien à travers l'œuvre, la démarche que l'état d'esprit.

Douze heures de rock non-stop
Pari gagné pour l'association Rock à la Grange qui, samedi dernier, a réussi, douze heures durant, à mettre Tulle en transe, Musicale, bien sûr.
Mettre Tulle en transe, grâce à un festival rock inédit dans la préfecture corrézienne avec huit groupes dont cinq régionaux et trois nationaux dont la réputation n'est plus à faire : pour beaucoup, cela relevait de la gageure.

Pour la jeune association Rock à la Grange, qui va bientôt fêter sa troisième année d'existence, la journée de samedi dernier ne fut ni plus ni moins qu'une formidable réussite : la bagatelle de 700 spectateurs et douze heures de rock non-stop (de 14 heures à 2 heures du matin). Pas mal pour des amateurs de l'organisation du spectacle.
Seule petite ombre à la fête, outre celle projetée par quelques silhouettes de rockeurs impénitents, le fait que le concert gratuit de l'après midi n'ait pu, comme prévu, se dérouler en plein air, en raison des mauvaises conditions météorologiques. Public et musiciens durent donc se diriger vers la petite salle de l'université populaire, pas vraiment faite il est vrai pour accueillir ce genre de "réunion".

Malgré un son parfois approximatif, les groupes régionaux conviés pour l'occasion (Hors Série, Vis-à-Vis, Les Ejectés et Singlar Blou) remplirent néanmoins leur contrat : à savoir, chauffer l'assistance pour le plus grand concert du soir. Seul le groupe Collapsing New People ne put se produire en raison de problèmes techniques.
La "grand-messe" démarra à 21 heures avec Western Electrique, suivi dans l'ordre de la programmation d'OTH et de La Souris Déglinguée. Il y a fort à parier que l'on avait jamais vu autant de cuirs noirs, santiags et crêtes de coq que ce soir-là dans la grande salle do centre culturel et sportif.

Forte de ce succès, cette dernière a d'ailleurs décidé d'organiser un nouveau concert à la rentrée de septembre avec deux groupes de Limoges : Zombies Lovers et Isidore Ducasse. Rock à la Grange entend bien faire de Tulle une plaque tournante du rock corrézien. C'est tout le mal que nous lui souhaitons.

Daniel VERGNE pour "Rock à la Grange".