Articles Télérama. N°2033. 28 décembre 1988.
Ils ont les mêmes initiales que Lucy In The Sky With Diamonds, mais ça n'est pas dans le même folklore. Depuis déjà dix ans, Tai Luc et ses mickeys déjantés sont davantage que le groupe keupon franchouillard qu'on a si souvent décrit. Plutôt un symbole, celui d'une résistance active aux compromissions, à la facilité, aux modes. Au prix, chèrement payé, d'un marginalisme nullement confortable.
Car les images de zone (entre Pigalle et Blanche), de squats ou de gangs (ciel, on frémit) qui collent à la peau (dure) de La Souris, ne doivent pas faire oublier que, derrière le décibel simpliste et radical, se dissimule la prose la plus incisive du genre.
Chronique du bitume, poésie arsouille, les manifestes de La Souris Déglinguée sont, finalement, ce qui demeure de plus authentique dans un rock français d'aujourd'hui délayé à toutes les sauces. Alors tant pis, si ces gars là rudoient les tympans des beaux quartiers : les guerriers, les vrais, ne s'embarrassent pas de manières.