Articles Rock & Folk, janvier 1987.

Amis du rock'n'roll, bonjour ! Ici La Souris, qui va vous en faire voir de toutes les couleurs. Vous aimez le jazz ? Non ? Vous aimerez celui de La Souris, l'histoire sur fond de piano New Orleans d'Eddy Jones, déserteur noir de l'armée US, crapule dans le Paris de l'après-guerre. Vous aimez le twist ? Non ? Vous aimerez celui des "parents à Chantal", délire sixties sentant bon la gaudriole. Vous aimez le mambo, le ska ? Non ? Pourtant il y en a sur ce cinquième album des Parigots, et vous allez aimer ça. En fait, vous aimez quoi ? Ah, le rock'n'roll ? Et bine La Souris aux dents longues vous en sert aussi, version asiatique : "kamikaze Rock" échevelé pour leurs potes japonais amateurs de rock et un "En Indochine" (pas d'allusion, ou… très peu) destiné à tous les immigrés ou Eurasiens (comme Luc) nostalgiques de l'Extrême Orient. Si vous avez raté les épisodes précédents, il y a un bon moment que Les Souris ont déserté le navire punk pour voguer sur tous les styles qui les inspirent, les amusent. Ainsi deux… tubes potentiels, "La nuit sera blanche" et "La nouvelle aube" reggae-sak coulant sur "tous les ados en prison qui ne sont pas les fils d'Alain Delon". La Souris fait du commerce, et alors ? Ca n'en est que meilleur, plus accessible, plus clair. Mais La Souris n'est pas devenue asthmatique et danse encore sur la voix inimitable de Luc et ses textes, parmi les mieux foutus du rock français actuel. Il y a longtemps que vous n'avez pas acheté un disque made in chez nous ? Le voici, encore fumant.

A.G.