Articles On n'Est pas des Sauvages. N°16. Janvier 1983.

Sur la zone…
Y'a d'autres gangs sur Paris eh Juliette ! Pourquoi ces trois là ? Peut être parce qu'ils ont souvent tourné ensemble (il est même question d'un film sur un concert dans l'Est… mmm…), parce que leurs managers ont tous le téléphone coupé ou que l'armée leur joue à tous des sales tours : ouais, le bassiste revient, dommage le guitariste se tire…
T'es con ou quoi, le lien c'est qu'ils viennent de la zone !
Ah ! ………

La Souris Déglinguée.

UN GRAND GROUPE :
Ce qui fait un grand groupe, ce qu'on peut bien vouloir dire par là, ça a déjà fait couler pas mal d'encre et ça va durer longtemps, faut croire !
La force du Clash, tous les fans comme les critiques se sont essayés à la définir.
Peut être que ceux qui montent sur scène ne sont pas tout à fait comme leurs copains du même milieu, des mêmes rages, enthousiasmes, folies… parce qu'ils trouvent le mot juste qu'on avait sur le bout de la langue-oui-mais… ou le son qui touche clac-en-plein-cœur ???
Peut être que la légende les transformera en héros parce qu'ils vivent sans compromis des actes qu'on n'ose guère ? Tous ces trucs qui se disaient déjà avant 77, mais qui ont pété alors… Rien en sera plus pareil !
La force d'un groupe, maintenant, c'est d'avoir retenu la force du mouvement punk…

L'INTELLIGENCE :
Mais tout ça c'est peut être du bla bla… et la seule chose qui compte c'est un truc dont personne ne cause, ou alors à tort et à travers : l'intelligence.
Car l'intelligence, tout comme le Clash, La Souris Déglinguée en a reçu plus que sa part….
Intelligents leurs textes : chaque mot est là où il faut, pas juste à côté… Ils disent vite et bien ce que d'autres s'escriment à paraphraser, et le disent avec des mots simples…
Les mêmes vérités de Haine Haine Haine à la Cause à Rallier, en passant par Jaurès et Stalingrad, sans un regard, sans un rictus pour les pseudo-intellectuels frustrés de culture scolaire qui trouvent ça simpliste.
"On fera n'importe quoi, on fera comme les copains, on ferait n'importe quoi par solidarité".
Intelligente la musique : qui assimile les meilleurs trucs de son époque… rock des 60's, reggae élémentaire, rengaine populaire, riffs des Pistols ou graves chants d'amour… pas en piochant par ci, par là, et hop on touille (cuisine facile) mais en adaptant la recette en la liant avec une sauce de festin…
La Varsovienne exécutée comme nos putains d'espoirs qui crèvent, magistralement, par une guitare tenace, entonnée (bon Dieu, comme il se doit) par une chorale Slave… La démystification du poignant Lili Marleen (nazi ça ?) et la rigueur courageuse de chercher pour l'enregistrement une fille d'origine allemande… Texte à la Piaf et clins d'œil à l'appui sur balancement rockabilly…
"Frères, aux armes pour notre lutte, pour la victoire de tous les travailleurs" (La Varsovienne, trad. chez Chants du Monde)
Intelligente la démarche au nom de l'autonomie et de l'indépendance. Concerts un peu partout, auto-financement du 45t, signatures ensuite pour que le public arrive enfin aux concerts en chantant en chœur avec Tai Luc, un disque ça sert à ça mais pas à se marier avec le show-biz.
Et s'ils ont arraché l'estime des médias c'est encore en évitant les magouilles-micmacs-copinages un peu trop répandus ces temps-ci…
Et si pourtant on leur donne un jour les moyens d'enregistrement, tournées, promo d'une grosse compagnie, ils les prendront en rigolant. Comme dit R.V "ça commence à aller mieux pour nous et ça va continuer ! on bosse pas des années comme ça sans être reconnus".