Articles New Wave. N°8. Avril 1981.
Parler de ce que l'on voit, et de ce que l'on vit est, bien sûr, mieux que parler littérature ou autres conneries de ce genre qui m'entourent entre autre à Beaubourg, où je me suis retrouvée avec un pote pour faire un truc sur La Souris Déglinguée. Mais c'est pas toujours facile, même si, comme Luc (le chanteur) s'y prend pour écrire ses chansons, on allonge des textes simples. J'en profite pour remercier mon pote car sans lui j'aurais eu du mal à commencer et je ne sais pas comment je m'en serais sortie pour parler de ce groupe. Ca a beau faire deux ans et demi qu'ils "existent", il est impossible de les classer dans un style de musique bien précis (alors ne leur donne pas d'étiquette, de toutes façons c'est pas ce qu'ils veulent). Tu ne crois pas, alors écoute et tu verras comment Jean-Pierre (G), Riko (B) et Jean-Claude (D) n'hésitent pas et n'ont aucune difficulté à passer d'un reggae à un rockabilly. C'est d'ailleurs pour ça qu'aucune de ces foutues maisons de disques à la con ne s'est encore intéressée à eux. Ils ne rentrent pas dans ces normes de ce gros merdier de show-biz (qui sait peut être un jour les français se rendront compte qu'il existe un rock français qui est aussi bien que pas mal de trucs anglais ou ricains, il leur faut du temps (…patience !).

Luc écrit des chansons sur les révoltes, le racisme, la politique, tout ce qui est social et qui nous concerne (bref tout ce que tu as dans la tête et que tu ne discernes pas, ou que tu n'oses pas voir ou crier), mais aussi par solidarité : "La petite arabe est une chanson que j'ai faite en solidarité avec une fille que j'ai connue. En France les arabes ont mauvaise réputation. Il est temps de leur en faire une bonne. Et puis on ne parle jamais d'eux".
Le tout accompagné d'une musique qui swingue, qui a la pêche. Ce qu'ils veulent ? Te faire lever, soit pour danser, soit pour faire éclater ta colère, bref faire quelque chose (rien n'a encore changé… Tu marches sans avoir rien trouvé… Réveille toi banlieusard ou fellagha… pour le meilleur ou le pire). Il veut détruire tes croix gammées et tes préjugés, crie la haine, mais il faut aussi s'amuser, ne pas rester enfermé et s'écraser comme des tarés… tu en piges rien, alors va les voir en concert, ou si tu as peur pour ta petite personne, restent une trentaine de disques… Remarque tu peux faire les deux ! Quoi, tu n'as jamais entendu parler de La Souris Déglinguée ? Pourtant dernièrement ils ont fait parler d'eux, mais peut être ne fais tu rien d'autre que de lire New Wave (histoire d'être branché) en restant dans ta piaule (c'est plus sûr !). Et bien voilà qui va satisfaire ta curiosité (je ne commencerai pas par "il était une fois" car le conte de fée n'est pas encore commencé).

Cela a débuté en 77 dans une MJC de banlieue, où Luc et Jean-Pierre font leur "premier bruit". Paraît que ça ressemblait à du rythm'n'blues dégénéré, sans bassiste. C'est alors que Riko est arrivé sans se presser (il sortait de l'armée).
Temps mort en 78 où, comme ils disent, ils ne font pas trop de musique mais parlent beaucoup ! Bombent sur les murs et attendent le jour pour dormir (et continuer de rêver…).
Le Printemps 79 leur sera bénéfique (normal, les bourgeons sortent, alors tout commence à aller). Arrivée de Jean-Claude dans le groupe grâce aux petites annonces (tu vois bien que ça marche). Deux jours plus tard commence la série de concerts qui n'est pas prête de finir. Cependant les premiers concerts sont interdits (déjà). Pouasse ? (non poisse, not du claviste). Les concerts commencent par "rock together" d'Eddy Cochran et finissent par "Rock'n'Roll vengeance", morceau à la gloire de tous ceux qui n'ont pas leur entrée dans les boîtes pour des raisons raciales (et les autres ?) "Tu as une chaîne de télé, et moi une chaîne à vélo… Monopole de la violence… Pourquoi as-tu peur… Tu sais pourquoi je te hais… que je me bats contre toi… Génération destruction… samedi soir les gens s'amusent, mais mes copains sont dans la rue… trop arabe ? trop nègre ?… on est coincé dès l'entrée… on finit par se venger…"). Ils jouent aussi un reggae pour les voleurs à la tire ("sa main dans ta poche est celle d'un meurtri… t'as volé son pays, il taxe ta vie facile… on a volé l'argent de son week end en boîte… ça lui apprendra à prendre des airs de roches").
Eté 79, ça y est, les fleurs naissent, ce sont les premiers concerts au Golf, Gibus. Festivals. A Orléans ils prennent la scène de force grâce aux squatters, rock, MJC d'Aulnay… départ de Jean-Pierre pour l'armée.

Hiver 79, sortie d'environ 500 45t (1er octobre) autoproduits grâce à l'aide d'un de leurs copains qui n'hésite pas à claquer un million (dit t'as pas cent balles.. hum !). Il est distribué par leurs propres moyens vers République, les Halles. Il a été programmé sur les radios (maintenant encore sur Radio 7). Les disc-jockeys du Golf, Gibus et Opéra Night le passent aussi. Les 500 exemplaires ont été vendus (même en province) mais il en reste encore (une trentaine) pour ceux que ça branche. Concert à la MJC de Censier, "musique d'ambiance" (où tout vole, bouteilles, duvets, même la grosse table en bois y passe !) rythmée à coup de barres de fer.

1980. Ils écument les MJC de Courbevoie à St-Michel sur Orge, jouent pour tout le monde et vont de fête foraine en festival, en passant par les boites. C'est qu'ils sont très demandés, ces garçons modernes à qui il est trop tard pour leur baiser la gueule (sont pas nés d'hier et ne sortent pas de la cuisse de Jupiter !). Garçons Modernes, c'est comme ça qu'ils s'appellent, Garçons Modernes… Mais… pas n'importe lesquels !

Eté 80, Jean-Pierre envoie tout ce petit monde à l'hosto après un accident de bagnole. Quelle idée d'passer ses perms à chercher la merde à un poids lourd, même en stationnement. Mais ne t'en fais pas, ils sont coriaces les mecs, y sont pas morts. Ils filent un stock de cassettes gratis et mal enregistrées (bien c'est ça, plains toi.. la lune aussi !)

Janvier 81. L'Opéra Night. Quoi, t'as pas entendu parler avec tous les journaleux gâteux qui se la donnent à cœur joie en s'efforçant d'en rajouter le moins possible. Faut pas exagérer. Pas de panique dans les rangs, on est là "Monsieur quelle sécurité". Tu sais bien, toute cette vermine de banlieue et de paname, qui se donne rencard et qui casse tout, comme ça, pour s'amuser (quoi l'ironie !). Tu vas voir, dans 20 ans on aura oublié les péteux de Chirac et Mitterrand et ils parleront encore du passage de La Souris Déglinguée et des "casseurs" à l'Opéra Night. Dans " France Soir " y avait marqué : "bilan de cette nuit mémorable (événement historique 'te le dis !) le cabaret est entièrement détruit, les vitrines de deux cafés voisins ont été brisées, des véhicules endommagés (qu'est ce que ça va être le jour de l'apocalypse !) et trente personnes sont entendues par la police". Ca ne les a pas empêché de récivider (j'te le dis Germaine, c'est des voyous, des délinquants) puisqu'ils ont joué en février à la mairie du 19ème, au dessus des keufs ! Quel hasard, puis à "rock contre l'armée" à Amiens (y avait Vince Taylor). Là y s'prennent tout plein de lacrymo dans la gueule, alors vous êtes priés de prendre des lunettes de soudeur et des foulards de fellagha, d'en faire un paquet cadeau et de leur envoyer pour leur prochain concert !

Projets ? Faire un 33 tours. Un concert au Palace avec les Intouchables, Bikini et Oberkampf, et quelques autres. Concert avec les Stray Cats.

Particularités : Ils n'ont pas encore de maison de disque et ne touchent pas de fixes… Ils ont une trentaine de morceaux à leur répertoire. A part ça, ils crient "vive la France" en nous proclamant "avenir de la Nation", "on forme à nous tous une nation, si c'est nous la Nation, elles est belle la Nation... elle est foutue". Et reste la plupart de leur temps dans cette putain de zone de banlieue de laquelle Luc est tombé amoureux (et alors !) et qui lui colle à la peau depuis le jour où il l'a connu, de Saint Ouen à Clignancourt, de Pleyel à Sarcelles, là haut, dans le nord.
Mon 1er est accapareur, mon 2d, 3è, 4è et 5è aussi. Mon tout a la diarrhée : cinq cacas par heure ! Tout ça pour dire que si je t'ai fait chier, tu peux toujours te réjouir d'avoir du papier en cas de pénurie (remarque, à ta place j'en ferais rien, car que ce soit en conneries ou en bien, New Wave est unique en son genre. Pigé !

Game Over