Articles New Look. Janvier 1987.

La Souris Déglinguée c'est maousse !
Epargnée par les dératisations ska, elle se lance dans le chat-chat-chat…
Trente deux interpellations, une poignée de blessés dont un à coup de fusil à pompe, et l'Opéra Night dévasté le soir de son inauguration : comme entrée en matière, La Souris avait fait fort ! Depuis, cette soirée mémorable où quelques agités avaient mis un peu d'ambiance, poursuit les ex-punks du Quai de la Gare : gare à La Souris ! Pourtant, les cinq de LSD (c'est un hasard de consonance, un hasard !) ne feraient pas de mal à un rat : leur truc, c'est le rock'n'roll, un point c'est tout. Et si Paris ne l'a pas acceptée en son sein pendant de longues années, La Souris n'en a pas fait tout un fromage. Son terrain d'action s'est déplacé en banlieue et en province. Environ 400 concerts, ça vous marque un rongeur ! Entre-temps, la bande des quatre + 1 (le saxophoniste, un bizut entré dans le groupe il y a trois ans) a pris le temps d'enregistrer cinq albums, et chacun sur un label différent, dont celui de Daniel Guichard ! Aujourd'hui, La Souris grignote du terrain avec son nouveau 33 tours, "Eddy Jones" : un p'tit coup de jazz, du ska pimpant, un twiste des familles, un chat-chat-chat façon Bastille et un petit tour "En Indochine" à l'instigation de leur chanteur Eurasien Tai Luc : La Souris a fait le tour du monde par le périphérique extérieur. Et le rock'n'roll ? Bien sûr, il est présent, plus que jamais ; mais La Souris a bien le droit de sortir de son trou pour goûter l'exotisme. Le meilleur groupe français ? En tout cas le plus saignant. Va t'il, pour autant, attaquer Marc Lavoine, qui s'es approprié leur "Cité des anges" ?

Alain Gardinier