Articles Mix. Octobre 1995.
Tambour et Soleil.
Depuis quatre ans, l'état de santé de La Souris n'augurait rien de bon. Ses apparitions scéniques de plus en plus rares sonnaient comme autant d'étapes marquant une lente agonie. Les départs de Jean-Claude (batterie) et Jean-Pierre (guitare), membres originels de LSD, ressemblaient à d'hypothétiques avis de décès. Mais, avec "Tambour et Soleil", Tai Luc, ses musicos et ses chœurs de Chine viennent contredire toutes ces funestes idées. Qu'on se le dise, La Souris est bien vivante. Elle nous attend sur un terrain inhabituel mais elle est encore là et c'est bien l'essentiel. Plus tempérée dans les rythmes, plus mélodieuse dans la voix, plus cuivrée, plus asiatique dans les textes (oui, c'est possible) mais pleine de vie. On poura toujours regretter que ce disque soit éloigné de l'avant-gardisme de "Banzai", malheureusement mésestimé par le grand public. Mais, La Souris a tellement fait ses preuves au cours des quinze dernières années qu'on ne saurait lui reprocher ce rapprochement avec la tradition pop-rock. On devrait même s'en féliciter car, n'en déplaise à certains, La Souris Déglinguée, qui ne s'est jamais gênée pour la bousculer, fait déjà partie de la tradition.
Jean-Noël Levavasseur