Articles L'Evénement du Jeudi. 22 janvier 1987
Bleu, Blanc, Rouge… Rock'n'Roll !
Le rock français existe t'il ? C'est la question d'école qui revient d'une façon cyclique dans les conversations existentielles des amateurs moyens de musique binaire. En fait, la véritable réponse s'approcherait du p'tet ben que oui, p'tet ben que non… Le mieux est encore d'aller sur le terrain pour se faire une opinion. Et la première édition du Rock au Rex, festival qui prend la succession de Rock au Forum qui, en quatre soirées, avait su révéler des pointures comme Etienne Daho, Carte de Séjour, Jesse Garon ou Rita Mistouko, est l'occasion toute trouvée pour se plonger dans les méandres de la création décibelique de l'hexagone.
La Souris Déglinguée fait déjà partie de la légende du rock parisien. Ces gars-là fonctionnent à la ferveur et à la révolte. Leurs morceaux sentent la ville, ses angoisses, ses peurs, mais aussi son métissage, son énergie. Ils méritent de devenir des grands…
Les Ablettes sont de Fumel. Là bas, en dehors de l'usine, il n'y a rien. Ils ont choisi ce rien là en faisant crisser leurs guitares électriques.
Les Blessed Virgins s'offrent des concerts au Japon mais n'arrivent pas à percer chez nous ! Pourtant, la générosité et l'émotion de morceaux qui semblent trempés dans l'acier ont de quoi ébranler n'importe quel blouson noir.
Il y aura aussi les Baroque Bordello, avec leur baby doll de chanteuse, Canada, responsable du slow pompier "Mourir les sirènes", Jad Wio et leurs hymnes crépusculaires, et d'autres moins connus.