Articles Le Démoniaque. N°1. 1984.

LSD, Les Goulues,
Forum des Halles le 18/12/83

On n'y croyait plus, mais enfin LSD est réapparu sur la scène parisienne. Depuis près de 2 ans interdits par la préfecture de Paris, il fallait se déplacer en province pour les entendre. Il ne fallait donc pas manquer cet événement, et le tout Paris du rock prolo était au rendez-vous. Rendez-vous fabuleux qui s'est déroulé sans le moindre incident. Y'a pas à dire, si l'on excepte la polémique politique sur le contenu des textes, LSD c'est le summum du rock français !
Surprise : les Goulues en première partie. 4 punkettes esthétiques sur scène, y'a pas à dire, c'est sympa. Tous les méchants kids se sont laissé attendrir jusqu'à oublier de siffler ou de huer. Et même, ils en ont redemandé timidement. Pourtant, bien qu'elles jouent une musique speedée, rythmée, même violente, la critique est facile car elles ne sont pas au point. Groupe peut être d'avenir, si la galère ne les use pas, ou peut être bien l'amour. Oh baby, tu me rends fou.
Par contre, pour son retour dans la capitale, LSD a voulu émerveiller et elle y est arrivée.
Généreux dès le premier morceau, paternels et déments pendant tout le concert. Ils ont fait l'unanimité. Basse, guitares, batterie, chants, c'est du tout bon. C'est un véritable cocktail pour un rock'n'roll speedé punk.
De plus, en exclusivité pour le retour des enfants prodiges, nous avons entendu Tai chanter "Marie France" bien mieux que l'autre hurluberlue sur le disque ; et même, qui l'aurait cru, "Lili Marleen" en allemand. Avons entraperçu aussi un harmonica, et dégusté un saxophoniste sans problèmes de digestion. Seul point noir, une sono minable. Un souhait, nous aimerions que LSD représente la France aux "internationaux de la chanson" et que Téléphone se laisse pousser les cheveux, car on aurait moins honte.
Muppet's