Articles CD Mag. 1991
Tout commence entre 1973-1975 au Lycée Hoche de Versailles (celui de Boris Vian), quand Tai Luc, Jean-PierreTriquet et Jean-Pierre M. ne se quittent pas d'un disque. En 1976, le premier Jean-Pierre s'installe à Orléans et fonde les Civils Radios. En 1977, concerts des 999 et de Jam, déclic pour les deux Versaillais en goguette londonienne. De retour à Paname, ils répètent avec deux amis Rikko à la basse, Michel Romagnoli à la batterie. Le quatuor participe en décembre 1978 au Tremplin du Golf Drouot. L'année 1979 se révèle riche d'événements, un nouveau batteur recruté par petites annonces, Jean-Claude D. et tout premier concert à Sarcelles, des premières parties (Bijou, Starshooter), le tout premier 45t est pressé, cinq cents exemplaires (Garçon Moderne / Haine Haine). Il faut attendre 1981 pour voir gravé leur premier album, sixième production du label New Rose. Le 7 janvier 1981 c'est l'affaire "Opéra Night", une frange du public (punks, skins) met à sac cette salle parisienne et les médias de tomber sur une Souris jusque-là superbement ignorée. S'ensuit une quasi-interdiction de concert parisien. Puis Tai Luc s'en va au Service. En 1982, sortie d'un deuxième LP suivi d'une première grande tournée française. En 1983 arrive un saxo Rennais, ami d'enfance du chanteur de Marquis de Sade (Philippe), Michel. Au rockabilly destroy succède une coloration black de plus en plus marquée. Et c'est devant un Bataclan archicomble qu'ils fêtent, sans incident, leurs dix ans le 23 mai 1989 avant de s'offrir l'Olympia un an après, jour pour jour (ou presque).