Articles Best. Mars 1982
Scènes parisiennes

Voilà, il devait être question maintenant de La Souris Déglinguée, qui passait à la Mutualité avec d'autres groupes pour une bonne cause (celle des handicapés). Il n'en sera rien. Car je n'ai rien vu de son set, préférant me tirer de cette boucherie. La fouille à laquelle chacun devait se soumettre dès l'entrée eut déjà don de me faire flipper (surtout qu'elle se déroulait sous le regard narquois de flics trop heureux de ne pas se salir les pognes et de voir que le public acceptait sans broncher la plus parfaite des illégalités). Bref, les bad vibes se confirmèrent bien vite. Le baston fut roi et le SAMU effectua quelques solos remarqués. Si certains groupes (La Souris n'est pas vraiment concernée) sont actuellement tentés de s'offrir une crédibilité par la violence, qu'ils regardent auparavant en arrière. Ce ne sont pas les premiers. A plus forte raison, ils devraient savoir que personne n'a jamais vraiment gagné à ce jeu dangereux. S'il est parfois fasciné par les coups, le public n'apprécie jamais trop de prendre des pains sur la gueule. Les jeux du cirque, c'est bien, à condition de n'être que spectateur. Mais les nouveaux gladiateurs qui s'étripent sur le parquet suffisent peut être à faire frissonner des gens qui, là haut sur scène, culpabilisent de n'être pas sortis de la zone.

M.E.