Articles Best. Octobre 1993.

Enfants du Rock : portraits de famille
Il est bien difficile de parler du film Les Enfants du Rock de Michel Vuillermet sans tomber dans le syndrome suspect du vieux combattant, ému, la larme à l'œil. Et pourtant c'est vrai qu'il est beau le chanteur de No Fuck Bébé à Sochaux en 82 quand il nie être punk et se présente comme "le fils prolo qui fait le rock" ou Rascal de l'association Paris Bar Rock à Paris en 86 quand il déplore, avec sa courtoisie méticuleuse, la fermeture de l'Auvergne où passaient des groupes. Il est bien difficile de parler des "Enfants du Rock" sans tombe dans le sociologique et rappeler une énième fois la place occultée du rock en France, une des dernières aventures romantiques. Et pourtant c'est vrai que ni le milieu du militantisme politique ni celui des arts "institutionnels" n'ont été ces vingt dernières années un tel lieu de révolte, d'innovation, d'urgence, de solidarité et d'amitié. Donc il faut dire que "les Enfants du Rock" (qui sont ces enfants ? mais c'est vous, moi, nous !) sont d'utilité publique. Enfin un témoignage, une mémoire (autre que les disques et cassettes, fanzines et vieux Best…), un album de famille de toute cette énergie, de toute cette dépense. Le film s'ordonne autour de cinq séquences (certaines déjà passées à la télé dans l'émission homonyme) ponctuant les années 80 et chacune consacrée à une ville : Le Havre 81, avec (on ne peut tous les citer) Bad Brains et Jérôme Soligny ; Sochaux-Montbéliard 82, avec No Fuck Bébé ; Brest 83, avec les Collabos, ou pas loin, à Rennes, les Marquis de Sade ; Bordeaux 83, avec Kick, Strychnine ou Parfum de Femme ; Paris 83 et Taxi Girl, Paris 86 et La Souris Déglinguée, Bérurier Noir, Paris 89 et les Garçons Bouchers. Cinq séquences sobres et neutres qui laissent la parole (violente, émouvante, drôle, incertaine) à ceux qui ne sont pas des habitués du JT. Autant de documents à brandir comme un certificat de naissance, celui de gens libres, qui ont choisi librement leur famille, réinventant d'autres rapports, d'autres modes de vie. "Les Enfants du Rock" vont faire sur toute l'année un tour de France, suivant l'ordre géographique du film, chaque étape-projection étant l'occasion d'un concert de groupes locaux. L'idée de l'aventure qui alimente l'aventure, des petits-enfants du rock qui jouent pour leurs aînés.

Williams-Zerguine