Articles Best. Janvier 1985
LA SOURIS DEGLINGUEE
"La Cité des Anges"
(Celluloïd)

LSD, la Souris nous offre un trip jusqu'à "La Cité des Anges". Los Angeles ? Pas du tout…. Bangkok. Guitares acides et orientales, Tai Luc et ses copains se sont découverts de nouvelles racines. Elles sont bien plus profondes que par le passé. Bien plus efficaces aussi.
Certes, la Souris n'a pas perdu sa pêche, une énergie explosive et enflammée comme un cocktail molotov. Il suffit d'écouter "Irina Blues" pour lever les derniers doutes. CQFD, la Souris n'a pas vendu son âme à la soupe popu du rock and roll. "Allez viens ce soir on va faire le tour du monde tout en restant sur place, on ira à Belleville, on ira à Barbès, ce sera comme l'Indochine mélangée à Marrakech…".
Beguine sautillante, ska à la Specials, "International Fan Club" est en tout cas mon titre préféré de l'album, un tube potentiel signé LSD pour tous les gladiateurs de la cité. Métamorphose, la Souris se laisse même aller à un titre jazzy "Soldats Perdus" dédié à tous ces combattants anonymes des luttes passées et urbaines. Skins des Halles ou punkies de la Répu, la Souris ne vous a pas oubliés, mais si vous n'avez pas évolué vous appartenez déjà à la légende passée, la mythologie du rock des années 80.
Dans "La Cité des Anges" LSD, sans rejeter son histoire, se confectionne un futur d'acier bétonné.

Gérard BAR-DAVID