Articles Backstage. Backstage, 1991.
SAMOURAI DE PANAME

Banzai ! Pas de Sepuku pour une Souris vieille de douze printemps ! Car le combo Déglingué de Tai Luc a beau mettre du poivre dans son essence keupon, la flamme combattante reste intacte. Devenu plus swing au fil des années, LSD n'est pas sans rappeler un certain Clash de "Sandinista !". Mémoire. L'inspiration urbaine persiste (Paris Aujourd'hui) ! Les portraits de mauvais garçons (Relou) et les histoires d'amour (Ange Gardien) se conjuguent toujours au quotidien, les nourritures journalistiques abreuvent leurs microsillons (place Tian-An-Men, général Noriega)… Mais cette révolte vécue du fond des tripes échappe au martèlement monotone des slogans enragés. Au speed primaire, le groupe de la Banlieue Rouge préfère l'énergie reggae-rappeuse, la chaleur cuivrée du saxo, l'orientalisme des chœurs féminins et tout ça balance diantrement (Ramdam, Rangoon ! Lhasa !). Et La Souris d'apposer sa griffe sur le rock tricolore, de jouer les musiques du monde. Et ma foi, conserver son intégrité sans conservatisme, ni compromission, évoluer en faisant fi des accusations de trahison et des tentations opportunistes devient une denrée rare en ces temps de Yuppisme . La Souris vous lance pour la septième fois sa "déclaration de guerre en Dolby Stéréo", ralliez-vous à sa "Cause", sinon gare à mon chat à neuf queues.

Vera Chandler